Un antibiotique pourrait augmenter le risque de décès cardiaque, selon une étude | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Un antibiotique pourrait augmenter le risque de décès cardiaque, selon une étude
©

Mise en garde

Un antibiotique pourrait augmenter le risque de décès cardiaque, selon une étude

D'après des scientifiques danois, il faut se méfier de la clarithromycine, largement prescrite pour le traitement des angines et des bronchites.

Le médicament est très souvent prescrit pour traiter les infections bactériennes courantes telles que les angines, les bronchites ou encore les ulcères gastriques. Pourtant, des chercheurs danois mettent en garde contre la clarithromycine, qui, d'après leur dernière étude publiée ce mercredi dans le British Medical Journal, pourrait augmenter le risque de crise cardiaque.

En comparant les décès de 285 personnes, mortes de crises cardiaques alors qu'ils utilisaient le médicament, les chercheurs ont montré que la prise de clarithromycine était liée à un risque de décès équivalent de 76% par rapport à la prise de pénicilline V. Cependant, ils nuancent leurs résultats en rappelant que le risque absolu reste "très faible" et que les prescriptions médicales ne doivent pas être pour autant modifiées.

En effet, il faudra attendre une confirmation de leur étude avant procéder à des mesures concrètes. "Dans la mesure où le taux de décès est très faible, je ne pense pas qu'il faille s'en inquiéter", a tempéré Kevin McConway, un professeur de statistiques appliquées.

Les auteurs de l'étude ont également testé un autre antibiotique de la famille des macrolides prescrit pour traiter les infections respiratoires et cutanées, la roxithromycine. Pour cette étude, aucune différence n'a été relevée en revanche avant ou après le traitement. 

lu sur bmj

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !