UMP: 69% des sympathisants veulent Nicolas Sarkozy à la tête du parti | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
UMP: 69% des sympathisants veulent Nicolas Sarkozy à la tête du parti
©

Plébiscite

UMP: 69% des sympathisants veulent Nicolas Sarkozy à la tête du parti

L'ancien président devance très largement les deux candidats déclarés, Bruno Le Maire et Hervé Mariton, selon un sondage Ifop pour Sud-Ouest Dimanche.

Décidemment, Nicolas Sarkozy manque aux sympathisants UMP. Ils sont 69% à souhaiter le voir diriger le parti, selon un sondage Ifop pour Sud-Ouest dimanche. Bruno Le Maire recueille 21 % d'avis positifs, et Hervé Mariton est loin derrière avec 2%. En revanche, 8 % des sympathisants ne souhaitent aucun des trois, selon cette étude réalisée à trois mois du congrès de l'UMP destiné à lui donner un nouveau président.

L'enquête a été menée auprès d'un échantillon de 1 502 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, par questionnaire auto-administré en ligne du 19 au 21 août.

Une autre enquête menée en juin par BVA pour Le Parisien et i>Télé révélait, elle, que 28 % des sympathisants UMP souhaitaient voir Nicolas Sarkozy prendre les rênes du parti, loin devant Alain Juppé (19 %), François Fillon (13 %) et François Baroin (11 %). Bruno Le Maire ne recueillait, lui, que 4 % des suffrages.

Cette précédente enquête indiquait que près d'un quart de l'ensemble des Français (23%) préfèreraient voir Alain Juppé prendre la tête de l'UMP, plutot que Nicolas Sarkozy. Le maire de Bordeaux ne s'est finalement pas déclaré interressé par la tête du parti, mais il pourra peut-être affronter l'ex président  lors de la primaire qui devra désigner le candidat du parti à l'élection présidentielle, Alain Juppé s'étant déclaré mercredi dernier.

 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !