UMP : Xavier Bertrand veut un "électrochoc" et un "congrès refondateur" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
UMP : Xavier Bertrand veut un "électrochoc"  et un "congrès refondateur"
©

Grand chambardement

UMP : Xavier Bertrand veut un "électrochoc" et un "congrès refondateur"

Dans Libération, le député estime que le "mouvement est trop parisien, trop vertical, pas assez démocratique".

Xavier Bertrand tisse sa toile. Très présent dans les médias ces dernières semaines, le député UMP entend bien donner sa vision de la situation et surtout exposer la direction dans laquelle le parti doit aller. Nouvel exemple ce jeudi dans une interview accordée à Libération. L'ancien ministre de Nicolas Sarkozy estime que son camp a besoin d'un "électrochoc" et d'un "congrès refondateur".

A LIRE AUSSI - Xavier Bertrand : “J’attends du futur président de l’UMP qu’il s’engage à refuser toute cohabitation avec François Hollande”

"L'élection d'un nouveau président de l'UMP, quel qu'il soit, ne suffit pas. Si l'on veut que les Français nous fassent à nouveau confiance, il faut un électrochoc. Douze ans après la création de l'UMP, nous avons besoin d'un congrès fondateur ou refondateur. Notre mouvement est trop parisien, trop vertical, pas assez démocratique. Je souhaite un mouvement décentralisé, qui s'approprie les réseaux sociaux, qui en finit avec les parachutages et les décisions imposées d'en haut. Avec des primaires partout et des adhérents qui retrouvent le pouvoir" explique le maire de Saint-Quentin.

Candidat aux primaires 2016 en vue de l'élection présidentielle de 2017 indique ne pas croire en une droite "dure avec les faibles et les plus fragiles". "Et elle n'a aucune chance de réformer si ce n'est pas dans la justice. Le référendum est une garantie pour cela" soutient-il encore. Puis dans cet entretien, il évoque le possible retour de Nicolas Sarkozy, qu'il ne souhaite pas. "J'étais le porte-parole de Nicolas Sarkozy en 2007. Je le considérais alors comme le seul qui pouvait l'emporter et mener les réformes indispensables. Aujourd'hui, nous sommes dans un temps de reconstruction, nous avons besoin d'y consacrer toute notre énergie. Et non pas à répondre, au gré du calendrier judiciaire, à des questions sur la campagne présidentielle de 2012" justifie-t-il. Pour lui, la page Sarkozy doit se tourner pour de bon. Il faut du sang neuf. Et celui qui se définit comme "Seguiniste" pense évidemment à lui en disant cela.

lu sur Libération.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !