UMP : dernier bureau politique pour solder les comptes du parti après l’ère Copé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
UMP : dernier bureau politique pour solder les comptes du parti après l’ère Copé
©

Dernière tentative

UMP : dernier bureau politique pour solder les comptes du parti après l’ère Copé

La direction provisoire du parti, menée par le triumvirat Fillon-Juppé-Raffarin, a exigé un audit des comptes qui aura lieu ce mardi après-midi.

Les derniers capitaines du bateau UMP ont souhaité faire toute la transparence sur les finances du parti. Depuis le départ du président démissionnaire Jean-François Copé le 15 juin, impliqué dans l’affaire Bygmalion et dans les révélations portant sur un système de double facturation entre le parti et la société, l'ambiance qui règne à l'UMP n'est à envier. D'où la nécéssité pour la direction provisoire et pour le sécrétaire général Luc Chatel de remettre un peu d'ordre dans les finances de l'UMP.

Mené par le cabinet Advolis, les résultats de l'audit devraient être dévoilés ce mardi après-midi lors d'un bureau politique. Ces chiffres devraient permettre de faire la lumière sur les dettes du parti, estimées à "80 millions d'euros" selon l'ancien premier ministre François Fillon. Dès mardi matin, Luc Chatel a rendez-vous avec les banques pour entamer le processus d'assainissement de la situation financière du parti et sa solvabilité.

Depuis le lancement de l'audit, des révélations sur les dépenses de l'ère Copé ont déjà fuité. Dimanche, le JDD déclarait que Nadia Copé, l'épouse de l'ex-président de l'UMP avait dépensé jusqu'à 24.000 euros dans des billets d'avion. Des dépenses "assumées" par les proches de Jean-François Copé, qui y voient un "rôle de représentation".

 

 

lu sur lefigaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !