Ukraine : pour Obama, "la Russie est responsable de la violence dans l'est" du pays | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Ukraine :  pour Obama, "la Russie est responsable de la violence dans l'est" du pays
©

Etat de guerre

Ukraine : pour Obama, "la Russie est responsable de la violence dans l'est" du pays

Selon un haut responsable de l'Otan, plus de 1 000 soldats russes combattent actuellement contre les forces armées ukrainiennes, notamment près de la vile stratégique de Novoazovsk.

C’est désormais une évidence pour la communauté internationale : des soldats russes combattent auprès des séparatistes pro-russes contre les forces ukrainiennes. Plus précisément ce jeudi, l'Otan a fait état de la présence de plus de 1 000 soldats russes sur le territoire ukrainien. Alors que Moscou dément avec force cette version des faits, l'ONU a tenu une réunion d'urgence sur cette crise qui s’éternise. Au cours de ce sommet, Barack Obama a clairement accusé la Russie de mensonge et a exhorté à "agir" face à une incursion "évidente" de forces russes en Ukraine, menaçant Moscou de nouvelles sanctions.

"Il est évident aux yeux du monde entier" que des forces russes se trouvent en Ukraine, a affirmé le président américain. "Les séparatistes sont aidés, financés et entraînés par les Russes" a-t-il poursuivi  lors d'une conférence de presse à l’issue de cette réunion. S’il a affirmé que les Etats-Unis "n'auront pas recours à la force pour résoudre le problème ukrainien", il a estimé que "l'incursion russe qui se déroule à l'heure actuelle en Ukraine ne peut qu'engendrer" des sanctions supplémentaires à l'encontre de la Russie. Et Barack Obama d’insister : "La Russie est responsable de la violence dans l'Est de l'Ukraine. La violence est encouragée par la Russie

Le président américain a ajouté que "la Russie a, de façon répétée et délibérée, violé l'intégrité territoriale de l'Ukraine" ajoutant que le pays est "déjà plus isolé que jamais depuis la fin de la Guerre froide", soulignant que l'économie y est en déclin. C'est pourquoi "face à cette menace, ne pas agir coûterait trop cher", a estimé pour sa part l'ambassadrice américaine à l'ONU Samantha Power devant le Conseil de sécurité. "La question n'est pas de savoir ce que nous pouvons dire aux Russes mais ce que nous pouvons faire pour qu'ils écoutent", a-t-elle ajouté.

"Cessez de vous immiscer dans les affaires intérieures des pays souverains", a rétorqué pour sa part l'ambassadeur russe à l'ONU Vitali Tchourkine, accusant les Etats-Unis d'avoir envoyé en Ukraine "des dizaines de conseillers" et l'armée ukrainienne de "bombarder les civils" dans les zones tenues par les séparatistes.

Pour autant, ce vendredi, Vladimir Poutine a certainement voulu apaiser la situation en demandant aux séparatistes pro-russes d'ouvrir un "couloir humanitaire" pour les troupes ukrainiennes encerclées après la prise de contrôle par les rebelles de la ville stratégique de Novoazovsk, dans l'est de l'Ukraine. Pas certain que cela soit suffisant.

lu sur MyTF1News

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !