Ukraine : les sanctions renforcées contre la Russie appliquées dès ce vendredi, affirme Van Rompuy | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Ukraine : les sanctions renforcées contre la Russie appliquées dès ce vendredi, affirme Van Rompuy
©

De pire en pire ?

Ukraine : les sanctions renforcées contre la Russie appliquées dès ce vendredi, affirme Van Rompuy

Moscou a d'ores et déjà préparé des mesures de rétorsion, mais la désescalade de la violence dans l'est ukrainien pourrait alléger rapidement ces dispositifs.

L'Europe veut agir rapidement face à la Russie. L'Union européenne s'est en effet mise d'accord ce jeudi pour accélérer la mise en place des sanctions renforcées contre Moscou, qui a toujours des soldats sur le sol ukrainien. Elles pourraient ainsi être appliquées dès ce vendredi, a déclaré le président du Conseil européen Herman Van Rompuy.

Ces sanctions renforcées comprennent notamment une liste de 119 personnes spécifiquement visées, "dont les nouveaux dirigeants du Donbass, les membres du gouvernement de Crimée ainsi que des décideurs et oligarques russes". De même, ces sanctions restreignent également l’accès aux marchés des capitaux pour les grands groupes russes - sont notamment visés les géants Gazprom ou Transneft.

Moscou avait anticipé un peu plus tôt cette décision, en promettant de son côté de nouvelles mesures de rétorsion : elles limitent encore un peu plus les importations, entre autres, d'automobiles occidentales et de produits industriels. Toutefois, si la désescalade se poursuit sur le terrain, il pourrait en être de même dans les sanctions - normalement à partir de fin septembre : "A la lumière de cet examen et si la situation sur le terrain le permet, la Commission est invitée à avancer des propositions pour amender, suspendre ou supprimer le paquet de sanctions en vigueur, intégralement ou partiellement", précise Herman Van Rompuy dans son communiqué.

Vu sur 20 Minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !