Ukraine : les Etats-Unis suspendent leur coopération militaire avec la Russie, Poutine fait un geste d'apaisement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Ukraine : les Etats-Unis suspendent leur coopération militaire avec la Russie, Poutine fait un geste d'apaisement
©REUTERS/Yves Herman

Les premières sanctions tombent

Ukraine : les Etats-Unis suspendent leur coopération militaire avec la Russie, Poutine fait un geste d'apaisement

Barack Obama a assuré que "les mesures prises par la Russie représentent une violation de la souveraineté ukrainienne (...) et une violation du droit international".

Preuve que la situation est plus que jamais tendue en Ukraine, lundi soir débutait la troisième réunion du Conseil de sécurité de l'ONU en quelques jours. Une réunion d'urgence, décidée à la dernière minute, alors même que Kiev a accusé la Russie de lui avoir lancé un ultimatum en Crimée contrôlée par des commandos armés. Plus précisément, selon un responsable du ministère ukrainien de la Défense, la flotte russe de la mer Noire a sommé les forces ukrainiennes présentes en Crimée de se rendre avant 5h00 mardi.

"L'ultimatum est le suivant : reconnaître les nouvelles autorités (pro-russes) en Crimée, déposer les armes et s'en aller, ou être prêt à subir un assaut", a dit Vladislav Seleznev. Le ministère de la Défense russe n'a pas confirmé l'information donnée par Interfax. Une situation quelque peu confuse qui a toutefois fait réagir Barack Obama. Le président américain n'a pas manqué de:mettre en garde Moscou qui, selon lui, se plaçait du "mauvais côté de l'Histoire".

Le président américain a assuré que "le monde est largement uni pour reconnaître que les mesures prises par la Russie représentent une violation de la souveraineté ukrainienne (...) et une violation du droit international". Dans la foulée, les Etats-Unis ont annoncé suspendre leur coopération militaire avec la Russie avant l'arrivée mardi à Kiev du secrétaire d'Etat John Kerry.

Si la confusion règne autour d'un ultimatum ou non, dans les faits, selon le représentant de l'Ukraine aux Nations unies, Iouri Sergueïev, "depuis le (lundi) 24 février, approximativement 16.000 soldats russes ont été déployés en Crimée par des bâtiments de la marine, des hélicoptères, des avions-cargos en provenance du territoire voisin de la Fédération de Russie". Pour justifier une telle présence militaire, la Russie a assuré que le président déchu ukrainien Viktor Ianoukovitch a demandé au président russe Vladimir Poutine l'aide militaire de la Russie "pour défendre la population ukrainienne". C'est en tout cas ce qu'a déclaré l'ambassadeur russe à l'ONU, Vitali Tchourkine. Il a cité un "message" en ce sens adressé à Poutine dans lequel Ianoukovitch "demande l'utilisation des forces armées de la fédération de Russie pour protéger la population ukrainienne".

De nouvelles discussions diplomatiques devraient avoir lieu ce mardi. Ainsi, l'Otan tiendra une  réunion de crise des ambassadeurs de ses membres sur la situation en Ukraine, à la demande de la Pologne, pays voisin, qui estime que sa sécurité est menacée, a annoncé le secrétaire général Anders Fogh Rasmussen. Elle pourrait être suivie d'une réunion Otan-Russie au même niveau. M. Rasmussen en a fait la proposition à l'ambassadeur de Russie auprès de l'Otan, qui doit donner sa réponse dans la journée. 

Par ailleurs, sur le terrain même, la situation s'est un peu améliorée tôt ce mardi matin. En effet, vers 7h00, Vladimir Poutine a ordonné aux soldats russes engagés dans des manœuvres militaires près de la frontière ukrainienne de retourner dans leurs casernes. Une information confirmée par le porte-parole du Kremlin.

lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !