Ukraine : le G7 menace Moscou de nouvelles sanctions | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Ukraine : le G7 menace Moscou de nouvelles sanctions
©

Bras de fer

Ukraine : le G7 menace Moscou de nouvelles sanctions

Persona non grata au sommet de Bruxelles, Vladimir Poutine a répondu à distance dans une interview diffusée par deux médias français ce mercredi 4 juin, alors que les dirigeants du G7 se mettaient à table.

Six mois après le début de la crise ukrainienne, ils ont réaffirmé leur vision commune. Au cours d’un dîner à Bruxelles ce mercredi 4 juin, les dirigeants du G7 ont appelé Vladimir Poutine à faire baisser la tension en Ukraine et à "coopérer" avec le nouveau président Petro Porochenko. Ils ont de nouveau demandé à Moscou de retirer les troupes massées près de la frontière ukrainienne, d’arrêter le flux d'armes et de militants séparatistes vers l'Ukraine, et d’utiliser de son influence auprès des séparatistes pour qu'ils déposent les armes. Si la tension ne baissait pas, "nous sommes prêts à intensifier les sanctions ciblées et à mettre en œuvre des sanctions supplémentaires pour imposer de nouveaux coûts à la Russie", ont-ils averti. Auquel cas, ces sanctions pourraient être décidées au prochain sommet de l'Union européenne qui aura lieu les 26 et 27 juin, a déclaré la chancelière allemande Angela Merkel. Persona non grata au sommet de Bruxelles après l'exclusion de la Russie du G8, Vladimir Poutine a répondu à distance dans une interview diffusée par deux médias français alors que les dirigeants du G7 se mettaient à table. Le chef du Kremlin s’en est pris aux Américains, qu'il a mis au défi de présenter des "preuves" de l'implication militaire russe dans l'est de l'Ukraine. 

Malgré tout, Barack Obama et Vladimir Poutine seront tous deux présents en France à partir de ce jeudi 5 juin pour célébrer le 70e anniversaire du Débarquement allié. Le président russe aura d’abord des entretiens avec François Hollande et David Cameron jeudi 5 juin, puis avec Angela Merkel vendredi 6 juin. Il a par ailleurs indiqué être prêt à rencontrer le président élu ukrainien pro-occidental Petro Porochenko, qui sera également présent en France. "Je ne compte éviter personne et parlerai, évidemment, à tout le monde", a indiqué Vladimir Poutine, qui n'a pas formellement reconnu le président élu le 25 mai et qui sera investi ce samedi 7 juin à Kiev.

Outre l'Ukraine, les dirigeants du G7 ont parlé des combattants étrangers en Syrie, quelques jours après l'arrestation de l'auteur présumé de la fusillade du Musée juif de Bruxelles. "Nous devons collaborer davantage", notamment dans le domaine du renseignement, a déclaré François Hollande, annonçant que "plus de 30 ressortissants français" partis combattre en Syrie y avaient trouvé la mort. Le G7 se terminera ce jeudi 5 juin dans l’après-midi, après avoir discuté de l'état de l'économie mondiale et de la sécurité énergétique. La plupart des dirigeants se rendront ensuite directement à Paris pour les commémorations du Débarquement.

Lu sur Le Nouvel Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !