Ukraine : le cessez-le-feu globalement respecté à l'est | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Le calme est revenu dans la majeure partie de l'est du pays
Le calme est revenu dans la majeure partie de l'est du pays
©Reuters

Tensions

Ukraine : le cessez-le-feu globalement respecté à l'est

Seules deux villes, Debaltseve et Louhansk, ont connu des combats depuis l'instauration du cessez-le-feu. La ligne de front a retrouvé son calme.

Difficile d'espérer un retour total au calme ce dimanche 15 février dans l'est de l'Ukraine. Les heures précédant le cessez-le-feu, instauré la veille à 22h (heure de Paris),  ont vu des dizaines de morts, chaque camp essayant de modifier à son avantage la ligne de démarcation.

Le calme est pourtant revenu à la frontière mais deux civils ont été tués juste après le cessez-le-feu par de séparatistes, à en croire les autorités ukrainiennes. Des tirs de roquettes sont encore perceptibles dans les villes de Debaltseve et Louhansk, là où les combats étaient les plus féroces. Selon Kiev, les soldats ukrainiens auraient été visés à 60 reprises depuis l'entrée en vigueur du cessez-le-feu.

"La situation est en voie de stabilisation", a déclaré un porte-parole militaire ukrainien. "Nous espérons que le cessez-le-feu sera totalement respecté d'ici quelques heures. Il faut un peu de temps, ce n'est pas un processus instantané", a renchérit un responsable du ministère ukrainien de l'Intérieur dans la région de Donetsk.

De leur côté, François Hollande, Angela Merkel, Vladimir Poutine et Petro Porochenko "ont constaté que le respect du cessez-le-feu" dans l'est de l'Ukraine "était globalement satisfaisant malgré des incidents locaux qu'il faut rapidement régler", a annoncé l'Élysée dans un communiqué.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !