Ukraine : "la situation doit être améliorée" estime François Hollande | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Les dirigeants lors des accords de Minsk
Les dirigeants lors des accords de Minsk
©Reuters

Rencontre au sommet

Ukraine : "la situation doit être améliorée" estime François Hollande

Le président français s'est entretenu par téléphone avec Angela Merkel, Vladimir Poutine et le président ukrainien Petro Porochenko.

"Des progrès." C'est au moins ce qu'ont pu constater les parties après une entrevue téléphonique lundi 2 mars au soir. Les acteurs des accords de Minsk ont ainsi fait le point sur la situation très tendue dans l'est de l'Ukraine.

Depuis avril 2014, le conflit a déjà fait 6000 morts et de nombreux échauffourées ont eu lieues depuis le début du cessez-le-feu, le 15 février dernier.

"L'état de la mise en oeuvre du paquet de mesures adopté à Minsk le 12 février a été examiné" explique l'Elysée. "Des progrès sont constatés mais la situation doit être améliorée."

Pour y arriver, les quatre dirigeants vont réclamer à l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) "de jouer un rôle plus direct afin d'améliorer l'application du cessez-le-feu et du retrait des armes lourdes et de faire un rapport quotidien sur leur mise en œuvre."

Par ailleurs, "la libération des prisonniers" des deux camps et "l'aide humanitaire doivent être facilitées" sous l'égide de la Croix rouge.

Parallèlement à cette entrevue, le ministre des Affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov, a mis en garde à l'ONU, "ceux qui veulent saboter un règlement pacifique par des livraisons d'armes," sous-entendu les Etats-Unis évidemment. Il a d'ailleurs pu s'entretenir auparavant avec son homologue américain John Kerry, une discussion dont rien n'a filtré.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !