Ukraine : la Russie approuve le "recours de l’armée" en Crimée, l’Occident de plus en plus inquiet | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Ukraine : la Russie approuve le "recours de l’armée" en Crimée, l’Occident de plus en plus inquiet
©

Mise au point

Ukraine : la Russie approuve le "recours de l’armée" en Crimée, l’Occident de plus en plus inquiet

Le Sénat russe a voté très largement en faveur d'un recours aux "forces armées de la Fédération de Russie sur le territoire de l'Ukraine jusqu'à la normalisation de la situation socio-politique dans ce pays".

La Chambre haute du parlement russe, le Conseil de la Fédération, a approuvé ce samedi le déploiement de forces armées dans la région ukrainienne de Crimée, en réponse à une demande du président Vladimir Poutine. Les élus ont voté à une très large majorité la décision de recourir aux "forces armées de la Fédération de Russie sur le territoire de l'Ukraine jusqu'à la normalisation de la situation socio-politique dans ce pays". Le ministère des Affaires étrangères russe n’a toutefois pas indiqué quand cette décision serait mise en pratique.

Kiev avait auparavant accusé Moscou d'avoir déjà envoyé 6 000 militaires en Crimée, région où l'ethnie russe est majoritaire, et le gouvernement a placé des vaisseaux des gardes côtes en état d'alerte, afin d'empêcher la capture de bases militaires et de bâtiments de la marine. Le gouvernement de Kiev a rapporté que Moscou refusait la tenue d'un dialogue destiné à préserver l'intégrité territoriale de l'Ukraine, et a déclaré illégale la récente nomination de Serguiï Aksionov, une personnalité favorable à la Russie, comme Premier ministre de Crimée.

Alors que Serguiï Aksionov a de son côté demandé à Vladimir Poutine de "l'aider à assurer la paix et le calme", l'aéroport international de Simféropol, capitale régionale de Crimée, a annoncé la fermeture de l'espace aérien régional et la suspension provisoire de tous les vols au départ ou à l'arrivée de la ville. En outre, des sources militaires ukrainiennes déclarent que des soldats russes contrôlent des aérodromes militaires à Belbek, près de Sébastopol, et à Kirovskoye, dans l'est de la Crimée. Les transports ferroviaires et routiers fonctionnent normalement entre la Crimée et le reste de l'Ukraine, mais les principaux axes maritimes et aériens semblent contrôlés par la Russie, qui dispose d'une flotte dans cette région, dans le port de Sébastopol.

Ce vendredi soir, Barack Obama avait mis Moscou en garde sur les "coûts" de toute intervention militaire en Ukraine. Des propos qui laissent penser que Washington et les chefs d’Etat et de gouvernement européens pourraient pratiquer la politique de la chaise vide au sommet du G8 prévu cet été à Sotchi. En Europe, l'Allemagne a demandé à Moscou d’expliquer ses intentions au sujet de ses troupes basées en Crimée, la France a fait part de ses vives préoccupations, et le Royaume-Uni a lancé un appel au calme.

Lu sur Yahoo!

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !