Ukraine : l'UE rejette la demande d'aide de 20 milliards d’euros formulée par le gouvernement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Ukraine : l'UE rejette la demande d'aide de 20 milliards d’euros formulée par le gouvernement
©

Refus

Ukraine : l'UE rejette la demande d'aide de 20 milliards d’euros formulée par le gouvernement

L'exécutif européen a qualifié la demande d'"appel d’offres".

Alors que les tensions ne s'apaisent toujours pas en Ukraine, l'Union européenne vient de repousser une demande d'aide de 20 milliards d'euros formulée par le premier ministre Mykola Azarov. Selon lui, l’Ukraine avait besoin de cette somme pour signer un accord d’association avec l’UE. Bruxelles a aussitôt écarté cette demande qu'elle a qualifiée d'"appel d’offres". Selon un porte-parole de l'exécutif européen, le premier vice-premier ministre ukrainien, Serhiy Arbuzov, sera reçu jeudi à Bruxelles par Stefan Füle, un responsable de la Commission européenne.

Le président Viktor Ianoukovitch a, de son côté, promis de ne pas recourir à nouveau à l'usage de la force contre les "manifestants pacifiques". Il appelle par ailleurs l'opposition à "ne pas rejeter des pourparlers, à ne pas suivre la voie de la confrontation et des ultimatums, afin de parvenir à un compromis". Une déclaration qui va dans le sens des réprimandes adressées par Laurent Fabius au pouvoir ukrainien. Le ministre français des Affaires étrangères affirmer "récuser tout usage de la force" et appelle les parties "à la retenue et au dialogue". La visite de l’opposant Vitali Klitschko, prévue cet après-midi, a été reportée. Le Quai d'Orsay ajoute que "la signature de l’accord d’association entre l’Ukraine et l’Union européenne demeure une perspective souhaitable et majeure".

Lu sur Libération

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !