Ukraine : des hommes armés investissent l’aéroport de Simferopol, en Crimée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Ukraine : des hommes armés investissent l’aéroport de Simferopol, en Crimée
©

Tensions

Ukraine : des hommes armés investissent l’aéroport de Simferopol, en Crimée

Jeudi, des hommes armés s’étaient emparés des bâtiments du gouvernement régional et du Parlement.

La Crimée, centre de toutes les tensions en Ukraine. Dans la nuit du jeudi 27 février au vendredi 28, des hommes armés ont pénétré dans l’aéroport de Simferopol, en Crimée, cette péninsule russophone du sud de l'Ukraine qui a un statut politique autonome. Cependant, l’aéroport fonctionnerait normalement, a expliqué un responsable administratif ; il reste en tout cas ouvert

La veille, des hommes armés s’étaient emparés des bâtiments du gouvernement régional et du Parlement. Alors sous contrôle d'un commando pro-russe, le Parlement a limogé le gouvernement local et voté la tenue d'un référendum pour plus d'autonomie le 25 mai, jour où doit se tenir l’élection présidentielle en Ukraine.

Qui sont ces hommes, une cinquantaine, en uniforme et armés, qui ont pénétré dans l’aéroport de Simferopol ? Comme le souligne lemonde.fr, le plus grand flou les entoure, tant au niveau de leur nationalité que de leurs revendications, refusant de répondre aux questions. D’autre part, il y a également sur place une dizaine de civils, pro-Russes, qui expliquent être là pour maintenir l’ordre.

Par ailleurs, Viktor Ianoukovitch, le président déchu qui refuse de s’avouer vaincu, et qui a demandé, et obtenu la protection de la Russie, doit tenir une conférence de presse ce vendredi, aux alentours de 17h, depuis Rostov-sur-le-Don, une ville proche de la frontière ukrainienne.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !