Ukraine : des hommes armés dans les bâtiments du Parlement de Crimée, Ianoukovitch va s'exprimer vendredi | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Ukraine : des hommes armés dans les bâtiments du Parlement de Crimée, Ianoukovitch va s'exprimer vendredi
©

C'est pas fini

Ukraine : des hommes armés dans les bâtiments du Parlement de Crimée, Ianoukovitch va s'exprimer vendredi

La Crimée, cédée à l'Ukraine en 1954 par Khrouchtchev, est la seule région ukrainienne où les Russes de souche sont majoritaires.

Tout est encore fragile en Ukraine et principalement en Crimée, région où les Russes de souche, favorables à l'ex-président Ianoukovitch sont majoritaires. Ce jeudi matin, selon l''agence de presse Interfax, des hommes armés se sont emparés des bâtiments du gouvernement régional et du Parlement. L'information a été confirmée peu après par le premier ministre de Crimée.

"On m'a dit que les bâtiments du Parlement et du Conseil des ministres ont été occupés par des hommes armés en uniformes qui ne portent pas d'insigne reconnaissable. Ils n'ont pas pour l'instant formulé de revendication" a déclaré Refat Tchoubarov sur Facebook. Mercredi, plusieurs milliers de partisans et adversaires du nouveau pouvoir ukrainien avaient manifesté devant le Parlement régional de Crimée. Les deux camps étaient séparés par un cordon de police.

Par ailleurs, la tension est encore montée d'un cran ce jeudi matin entre l'Ukraine et la Russie. Le président ukrainien par intérim Olexandre Tourtchinov a mis en garde la flotte russe de la mer Noire contre toute "agression militaire". "Je m'adresse aux dirigeant militaires de la flotte de la mer Noire : tous les militaires doivent rester sur le territoire prévu par les accords. Tout mouvement de troupe armé sera considéré comme une agression militaire", a-t-il déclaré au parlement. La Crimée, péninsule russophone du sud de l'Ukraine, continue d'héberger la flotte russe de la mer Noire dans ses quartiers historiques, la ville portuaire de Sébastopol.

De son côté, le ministère russe de la Défense a indiqué dans un communiqué relayé par l'agence Interfax que "la Russie a mis son aviation en état d'alerte". 

En fin de matinée, Viktor Ianoukovitch a expliqué qu'il se considérait "toujours comme le président de l'Ukraine". Il demande à la Russie de garantir sa sécurité, par peur d'actions menées par des "extrémistes". Puis dans l'après-midi, l'ex-président a indiqué qu'il tiendrait une conférence de presse vendredi.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !