Ukraine : cinq morts et 300 blessés, la guérilla urbaine s'intensifie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Ukraine : cinq morts et 300 blessés, la guérilla urbaine s'intensifie
©

De pire en pire

Ukraine : cinq morts et 300 blessés, la guérilla urbaine s'intensifie

Des milliers de manifestants ont défilé à Kiev contre une législation entrée en vigueur mardi à minuit qui durcit les sanctions contre les manifestants pro-européens.

"Pour le moment, nous avons dénombré cinq morts. Et environ 300 personnes ont été blessées aujourd'hui depuis minuit". C’est ce qu’a déclaré mercredi le coordinateur du centre médical de l'opposition ukrainienne à la radio pro-opposition Hromadske. Des milliers de manifestants ont défilé à Kiev contre une législation controversée entrée en vigueur mardi à minuit qui durcit les sanctions contre les manifestants pro-européens. Ils contestent également la légitimité du président Viktor Ianoukovitch. Ce dernier a récemment refusé de signer un accord d'association avec l'UE.

Mercredi, les policiers anti-émeutes, appelés les "berkout", ont essayé de démanteler les barricades et de chasser les protestataires aux alentours des bâtiments officiels. Ces derniers ont répondu par des lancers de cocktails Molotov. La police, elle, a fait usage de balles en caoutchouc et de grenades assourdissantes.

Quatre des morts avaient des blessures par balles, selon le site Ukrainska Pravda. D'après le service médical, un des manifestants a été "probablement tué par un tireur embusqué". Selon l'opposition, les manifestants vont passer "à l'attaque" s'il n'y a "pas de concessions".

L'ambassade américaine à Kiev a annoncé avoir révoqué les visas de "plusieurs Ukrainiens, liés aux violences", en réponse à la répression de manifestants en novembre et en décembre. Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a mis en garde Kiev de "possibles actions" de l'UE sans en préciser la nature. 

Lu sur Francetvinfo.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !