Ukraine : Antony Blinken, le chef de la diplomatie américaine, juge « très crédibles » des informations faisant état de crimes de guerre commis par la Russie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Défense
Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken s'exprime lors d'une conférence de presse avec le président moldave au palais présidentiel de Chisinau, le 6 mars 2022.
Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken s'exprime lors d'une conférence de presse avec le président moldave au palais présidentiel de Chisinau, le 6 mars 2022.
©OLIVIER DOULIERY / Pool / AFP

Offensive militaire

Ukraine : Antony Blinken, le chef de la diplomatie américaine, juge « très crédibles » des informations faisant état de crimes de guerre commis par la Russie

Les Etats-Unis considèrent comme « très crédibles » les accusations de crimes de guerre vis-à-vis de l'activité et des opérations menées par la Russie sur le sol ukrainien.

Le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, a jugé ce dimanche « très crédibles » des informations faisant état de « crimes de guerre » commis par la Russie en Ukraine. Antony Blinken s’est confié sur ce sujet sensible lors d'un entretien auprès de la chaîne de télévision américaine CNN.

« Nous avons vu des informations très crédibles concernant des attaques délibérées sur des civils qui constitueraient un crime de guerre », a-t-il dit.

Il a assuré que les Etats-Unis « examinaient » ces informations.

Le dossier du nucléaire iranien a aussi été évoqué au cœur de cette crise en Ukraine. Les sanctions imposées à la Russie depuis l'invasion de l'Ukraine « n'ont rien à voir » avec le dossier nucléaire iranien et les nouvelles exigences de Moscou pour soutenir un accord en la matière sont « hors sujet », selon le chef de la diplomatie américaine.

« Les deux choses sont totalement différentes et ne sont aucunement liées », a dit Antony Blinken, interrogé sur la chaîne CBS sur des déclarations de son homologue russe Sergueï Lavrov, qui a exigé samedi la garantie que les nouvelles sanctions visant Moscou ne concerneraient pas sa coopération avec Téhéran.

Le président russe Vladimir Poutine a accusé, en cette journée du 6 mars, les autorités ukrainiennes de mettre en échec les opérations d'évacuation humanitaire de Marioupol, grand port du Sud-Est de l'Ukraine encerclé par les forces russes, lors d'un entretien téléphonique avec son homologue français Emmanuel Macron ce dimanche.

Lors de cet échange, le président russe « a attiré l'attention sur le fait que Kiev continue de ne pas respecter les accords trouvés sur ces questions humanitaires », ajoutant que « les nationalistes ukrainiens ont empêché l'évacuation » samedi de Marioupol et de Volnovakha, une ville proche, a rapporté le Kremlin.

Le président français s'est à nouveau entretenu dimanche pendant 1h45 avec Vladimir Poutine.

Sur le plan diplomatique, le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken va rencontrer Emmanuel Macron mardi, alors que les dirigeants du monde entier se mobilisent pour tenter d'arrêter l'invasion russe de l'Ukraine.

BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !