UFC-Que Choisir alerte sur certaines crèmes solaires bio pour enfants qui ne sont pas suffisamment protectrices | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
UFC-Que Choisir alerte sur certaines crèmes solaires bio pour enfants qui ne sont pas suffisamment protectrices
©MYCHELE DANIAU / AFP

Casse-tête estival

UFC-Que Choisir alerte sur certaines crèmes solaires bio pour enfants qui ne sont pas suffisamment protectrices

Une vingtaine de produits ont été testés par UFC-Que Choisir. Certaines crèmes solaires bio se retrouvent en bas du classement à cause d'ingrédients dans leur composition ou bien encore parce qu'elles sont les moins protectrices.

En ce premier jour de l'été, de nombreux parents sont à la recherche de produits qui assurent une protection irréprochable pour leurs enfants contre les rayons du soleil. Des produits de bonne qualité sont également ciblés par les consommateurs face aux substances néfastes qui pourraient entrer dans la composition des crèmes. 

La rédaction d'UFC-Que Choisir vient de publier dans son dernier numéro les résultats d'un test sur les crèmes solaires pour enfants. Au total, 20 produits ont été examinés par leurs soins.

La crème la plus chère n’est pas celle qui est la mieux notée. 

La crème la plus efficace est un spray Lidl à 7 euros ("Cien Sun Spray solaire enfant 50+"). 

"Idéal soleil 50+ spray douceur enfants" de Vichy (16 euros) et "50+ enfants Anthelios Dermo-Pediatrics" de La Roche-Posay (16,50 euros) arrivent en seconde et en troisième position.

D'autres produits comme la crème solaire Uriage à 18 euros ("Bariésun 50+ spray enfants") se retrouvent en bas du classement à cause de la présence de phénoxiéthanol et de perturbateurs endocriniens.

L’étude menée par UFC-Que Choisir permet également de révéler que les crèmes solaires bio ne sont pas forcément un gage de qualité. Même si la grande majorité ne contiennent pas de perturbateurs endocriniens, le filtre des crèmes bio ne protégerait pas bien contre les UVA responsables des cancers de la peau. 

Le "50+ Baby & Kids Neutral sans parfum" d'Eco Cosmetics et "Nature Sun 50 enfants spray solaire" d'Acorelle ne sont pas bien classés pour cette raison.

Selon la rédaction d’UFC-Que Choisir, du dioxyde de titane ou de l'oxyde de zinc a été décelé dans certaines crèmes Nivea, Daylong et Uriage. Ces nanoparticules (titanium dioxide ou zinc oxide sur les étiquettes) permettent d'éviter la texture pâteuse et collante des crèmes solaires.

UFC-Que Choisir précise que "la composition des protections testées est globalement satisfaisante", avec notamment l'absence constatée d'allergènes. 

En complément des crèmes solaires, un chapeau ou une casquette, des lunettes et un t-shirt anti UV à manches longues sont des outils indispensables pour bien se protéger des dangers du soleil sur la plage et notamment pour les enfants qui doivent être exposés le moins possible. 

Franceinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !