UE - Turquie : les négociations d'adhésion reprennent | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
L'Union européenne entame de nouvelles discussions avec la Turquie quant à une éventuelle adhésion
L'Union européenne entame de nouvelles discussions avec la Turquie quant à une éventuelle adhésion
©Reuters

Ça discute sec

UE - Turquie : les négociations d'adhésion reprennent

La Turquie est officiellement candidate depuis 1999, mais le processus de concertations, engagé en 2005, s'avère très compliqué.

Entre la Turquie et l'Union européenne, les relations font du yo-yo. Des hauts et des bas qui compliquent toute négociations autour d'une éventuelle adhésion. Cela fait ainsi trois ans que les discussions sont paralysées. Mais ce mardi, l'Union européenne, par le biais de la présidence lituanienne, a décidé d'ouvrir un nouveau chapitre dans les tractations avec la Turquie. Une décision qui va dans le sens des recommandations de la Commission européenne. Ainsi, les négociations devraient débuter  le 5 novembre. Il s'agira du chapitre 22 qui devrait  porter sur la politique régionale.

La reprise des discussions avec Ankara avait déjà été validé en juin avant d'être ajournée. En effet, sous la pression allemande, l'UE avait estimé que la répression de la contestation populaire menée par les autorités turques sur la place Taksim à Istanbul était un frein à tout début de pourparlers. Mais la semaine dernière la Commission européenne avait rendu un rapport un peu plus nuancé sur ce sujet. Si elle a dénoncé le "recours excessif à la force de la police" en juin, elle a salué les "pas importants" faits malgré tout par le pays en matière de démocratie.

Dès lors, "les récentes évolutions en Turquie soulignent l'importance de l'engagement de l'UE et de ce que l'UE reste la référence pour les réformes en Turquie. A cette fin, les négociations d'adhésion doivent retrouver de l'élan", a justifié ce mardi le commissaire à l'Elargissement Stefan Füle. Mais l'ouverture de nouvelles négociations ne satisfait pas tout le monde. C'est par exemple le cas de Rachida Dati. L'eurodéputé PPE (centre-droit) a dénoncé une décision "irresponsable dans le contexte de crise européenne actuelle". "La Turquie n'a pas vocation à entrer dans l'Union européenne", a-t-elle martelé. "L'UE doit plus que jamais marquer une pause durable dans son élargissement".

Pour rappel, la Turquie est officiellement candidate depuis 1999, mais le processus de négociations, engagé en 2005,  est le plus lent jamais mené par l'UE avec un aspirant à l'adhésion.

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !