Turquie : le gouvernement a ordonné le blocage de YouTube | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Turquie : le gouvernement a ordonné le blocage de YouTube
©

Accès refusé

Turquie : le gouvernement a ordonné le blocage de YouTube

Cette décision fait suite à la publication jeudi sur la plateforme de l'enregistrement d'une conversation entre ministres dans laquelle ils évoquent l'hypothèse d'une opération militaire en Syrie.

Youtube est inaccessible en Turquie. Depuis ce jeudi midi, le gouvernement a ordonné le blocage de la plateforme. La cause ? Des conversations entre quatre hauts responsables turcs, dont le ministre des Affaires étrangères et le chef des services de renseignements sur l'hypothèse d'une opération militaire en Syrie ont été diffusées. 

De ce fait, les autorités des télécoms (TIB) ont coupé les serveurs Internet, a précisé le quotidien Hürriyet sur son site internet. Il y a une semaine, le gouvernement en avait décidé de même pour Twitter, à la suite de la diffusion d'enregistrements pirates mettant en cause le régime. Recep Tayyip Erdogan a d'ailleurs dénoncé la diffusion sur YouTube des enregistrements. "C'est un acte ignoble, lâche, immoral", a déclaré le Premier ministre turc.

Dans la bande sonore du jour, la voix attribuée au ministre des Affaires étrangères envisage d'envoyer "quatre hommes (en Syrie) pour lancer huit missiles dans un terrain vague" en Turquie, afin de justifier une riposte militaire turque. Dans un communiqué, le ministère a assuré que cet enregistrement avait été "manipulé" et dénoncé avec véhémence une "attaque haineuse". Depuis le mois dernier, des dizaines d'enregistrements de conversations téléphoniques piratées mettant en cause Recep Tayyip Erdogan et son entourage dans un vaste scandale de corruption ont été diffusées sur Internet. Les réseaux sociaux du monde entier se sont offusqués de cette coupure.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !