Turquie : le chef de l'Église orthodoxe accusé de complicité dans la tentative de putsch | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Turquie : le chef de l'Église orthodoxe accusé de complicité dans la tentative de putsch
©Murad Sezer / Reuters

Sécurité

Turquie : le chef de l'Église orthodoxe accusé de complicité dans la tentative de putsch

Bartholomeos est patriarche de Constantinople, donc à la fois citoyen turc résidant à Istanbul, et chef spirituel de l'Église orthodoxe. L'accusation ne semble pas crédible.

Bartholomeos, le patriarche oecuménique de Constantinople, citoyen turc résidant à Istanbul et chef spirituel des 250 millions de chrétiens orthodoxes à travers le monde, aurait été complice de la tentative de putsch militaire du 15 juillet en Turquie, en complicité avec la CIA, proclame le quotidien turc Aksam sur sa Une. L'accusation ne semble pas crédible : Aksam se base sur un article attribué à un ancien diplomate américain, mais celui-ci nie l'avoir écrit et a d'ailleurs obtenu sa suppression du site où l'article avait été publié. C'est la première fois qu'une telle accusation a été faite. 

Les autorités turques ont accusé Fetullah Gülen, un gourou spirituel turc résident actuellement aux États-Unis, dont le mouvement est important en Turquie, y compris dans les organes d'État. Gülen et Erdogan, tous les deux partisans d'un islam actif politiquement, ont pendant des années eu une alliance pour contrecarrer l'influence de l'armée et des laïcs dans la société turque. Il était prévisible qu'une fois l'ennemi commun maté, ils se retourneraient l'un contre l'autre, et le putsch a permis à Erdogan d'entamer une purge sans précédent des gülenistes et gülenistes suspectés en Turquie. 

Cette accusation pourrait aggraver encore plus la situation de la petite minorité chrétienne en Turquie, et pourrait signaler que les autorités turques veulent accroître la pression sur les chrétiens turcs, toujours soupçonnés de déloyauté et de connivence trop grande avec l'Occident.

A LIRE AUSSI : La synthèse “national-islamiste” d'Erdogan

Lu sur La Croix

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !