Turquie : Erdogan procède à un remaniement ministériel d'ampleur après un scandale de corruption | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Turquie : Erdogan procède à un remaniement ministériel d'ampleur après un scandale de corruption
©

Bougez bougez

Turquie : Erdogan procède à un remaniement ministériel d'ampleur après un scandale de corruption

Dix ministres ont été contraints de quitter leur poste mercredi soir.

Activité intense au sommet de l'Etat turc. Recep Erdogan a procédé mercredi soir à un vaste remaniement ministériel d'urgence après la démission de trois de ses ministres. Ces derniers étaient sous pression depuis quelques jours étant accusés de corruption. De nombreux manifestants demandaient le départ de ces trois hommes. Mais le Premier ministre ne s'est pas contenté de ces démissions et a changé 10 ministres.

La justice turque a lancé une vaste opération anticorruption la semaine passée. Les fils de deux ministres avaient été arrêtés samedi et inculpés de corruption, fraude et blanchiment d'argent dans le cadre d'une enquête judiciaire liée à des ventes illégales d'or à l'Iran sous embargo. Une vingtaine d'autres personnes ont été inculpées et écrouées dans le cadre de cette affaire qui éclabousse le Parti de la justice et du développement (AKP) de Erdogan, en pleine campagne pour les élections locales du 30 mars 2014.

Les deux ministres principalement visé ont nié toute implication dans ce scandale et dénoncé un "complot" pour déstabiliser le pouvoir. Furieux de devoir quitter son poste, l'un des ministres a assuré que le Premier ministre était parfaitement au courant de ses faits et gestes. Mercredi soir, plusieurs rassemblements se sont déroulés à Istanbul, dans la capitale Ankara et à Izmir (ouest du pays) pour exiger la démission de Recep Erdogan. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !