Turquie : Erdogan cite l'Allemagne d'Hitler comme exemple d'un système présidentiel efficace | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le président turc Recep Tayyip Erdogan
Le président turc Recep Tayyip Erdogan
©Reuters

Pleins pouvoirs

Turquie : Erdogan cite l'Allemagne d'Hitler comme exemple d'un système présidentiel efficace

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a évoqué l'Allemagne nazie pour défendre le système présidentiel fort qu'il veut instaurer en Turquie, a rapporté la presse turque.

L'Allemagne nazie, un exemple à suivre ? Le président islamo-conservateur turc a créé la polémique, vendredi, en citant l'Allemagne du temps d'Hitler comme un exemple de système présidentiel efficace.

"Dans un système unitaire (comme la Turquie) un système présidentiel peut parfaitement exister. Il y a actuellement des exemples dans le monde et aussi des exemples dans l'histoire. Vous en verrez l'exemple dans l'Allemagne d'Hitler", a-t-il dit aux journalistes jeudi soir, de retour d'une visite de travail en Arabie saoudite, cité par les journaux.

Cette déclaration vise à défendre la réforme qu'il envisage pour étendre ses pouvoirs. Au pouvoir depuis 2002, d'abord comme Premier ministre puis président depuis 2014, Erdogan veut en effet modifier la constitution afin que le rôle du président passe d'une fonction symbolique à celle d'un dirigeant aux pouvoirs étendus, comme aux Etats-Unis, en Russie ou en France.

Dans un communiqué publié vendredi soir, la présidence turque a exclu que l'exemple nazi soit positif. "Il est inacceptable que l'on présente comme une référence positive les remarques de notre président, qui a déclaré que l'Holocauste et l'antisémitisme étaient, avec l'islamophobie, des crimes contre l'Humanité. (...) L'Allemagne d'Hitler est un mauvais exemple qui a eu des conséquences désastreuses d'exploitation du système, qu'il soit parlementaire ou présidentiel", écrit le bureau de presse du chef de l'Etat. 

Malgré sa victoire aux élections législatives du 1er novembre, le parti d'Erdogan ne détient pas assez de sièges pour modifier la Constitution et doit rechercher des soutiens. Mais l'opposition est opposée en bloc à une présidentialisation du régime sous Erdogan qu'elle accuse de dérive autoritaire.

Lu sur le Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !