Turquie : De la prison pour deux journalistes d'opposition, et une tentative d'assassinat pour l'un d'entre eux | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le journaliste d'opposition turc Can Dündar et sa femme Dilek, alors qu'il vient d'échapper à une attaque armée avant son procès au tribunal d'Istambul en Turquie le 6 mai 2016
Le journaliste d'opposition turc Can Dündar et sa femme Dilek, alors qu'il vient d'échapper à une attaque armée avant son procès au tribunal d'Istambul en Turquie le 6 mai 2016
©Can Erok/Cumhuriyet via REUTERS

Liberté de la presse

Turquie : De la prison pour deux journalistes d'opposition, et une tentative d'assassinat pour l'un d'entre eux

Vendredi à Istambul, les journalistes d'opposition turcs Can Dündar et Erdem Gül ont été condamnés respectivement à 5 ans et dix mois et 5 ans de prison ferme. En marge du procès, un homme a tenté d'abattre Can Dündar à l'extérieur du tribunal.

Si Can Dündar et Erdem Gül ont été relaxés des chefs d'accusation "d'espionnage" qui planaient sur eux, les deux hommes ont été condamnés pour "divulgation de secrets d'Etat", selon l'AFP.

Motif : avoir divulgué des livraisons d'armes aux groupes djihadistes de Syrie, par le gouvernement du président Erdogan, rapportent les media turcs.

Le dossier a pour le moment été renvoyé en appel, sans détention provisoire pour les deux journalistes.

Quelques heures plus tôt, devant les caméras à l'extérieur du palais de justice d'Istambul, un homme a ouvert le feu sur Can Dündar. Bilan, un blessé léger. L'assaillant a ensuite été rapidement arrêté et neutralisé.

(Crédit photo : Can Erok/Cumhuriyet via REUTERS)

"Nous continuerons de faire notre métier de journaliste malgré toutes ces tentatives de nous réduire au silence. Nous sommes obligés de préserver le courage dans notre pays", a déclaré Can Dündar à la presse après l'énoncé du verdict.

A LIRE AUSSI : L'Europe et le retour de la Turquie ottomane

Lu sur The Guardian

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !