Travaux de la Convention citoyenne pour le climat : Emmanuel Macron dévoile ses principales mesures et écarte le débat sur les 110km/h | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Environnement
Travaux de la Convention citoyenne pour le climat : Emmanuel Macron dévoile ses principales mesures et écarte le débat sur les 110km/h
©CHRISTIAN HARTMANN / POOL / AFP

Tournant du quinquennat ?

Travaux de la Convention citoyenne pour le climat : Emmanuel Macron dévoile ses principales mesures et écarte le débat sur les 110km/h

Le président de la République Emmanuel Macron s'est exprimé ce lundi suite aux propositions de la Convention citoyenne pour le climat. Le chef de l'Etat a dévoilé ses principaux engagements sur la question du climat et pour la transition écologique.

Après la "vague verte" des élections municipales, Emmanuel Macron a tenu à répondre à la question de l'urgence climatique et de la transition écologique à travers le fruit des travaux de la Convention citoyenne pour le climat. Alors que les propositions ont été transmises au chef de l'Etat, Emmanuel Macron s'est exprimé ce lundi 29 juin et a donc fait un certain nombre d'annonces sur la question de l'environnement et de l'écologie à l'occasion de la fin des travaux de la Convention citoyenne pour le climat.

Le chef de l’Etat a reçu lundi à l’Elysée les 150 membres de la Convention citoyenne. Il se dit prêt à consulter les Français en 2020, puis en 2021, sur les questions liées à la lutte contre le réchauffement climatique. Le président de la République a également annoncé un projet de loi reprenant un grand nombre de leurs propositions. 15 milliards d’euros supplémentaires seront aussi dédiés à la transformation écologique sur deux ans.

Emmanuel Macron a donc décidé de retenir 146 propositions sur les 149. Le chef de l'Etat a précisé qu'il allait transmettre au gouvernement ou au Parlement, ou encore soumettre à référendum "la totalité des propositions à l'exception de 3 sur 149".

Certaines seront décidées dès la fin juillet, d'autres intégrées au plan de relance mais la plupart feront l'objet d'un "projet de loi spécifique" multi-mesures en septembre.

"Je souhaite que le gouvernement fasse le point avec vous chaque mois ; la démocratie participative ne doit pas s’arrêter à la porte des ministères et des assemblées"

Emmanuel Macron a précisé qu'il était prêt à recourir au référendum. 

"Vous proposez de réécrire le préambule de la Constitution en plaçant l’environnement au-dessus de nos autres valeurs fondamentales, au-dessus de nos règles démocratiques. C’est pourquoi je ne souhaite pas reprendre cette proposition". 

En revanche, l'article 1 de la Constitution sera modifié "pour introduire les notions de biodiversité, d'environnement, de lutte contre le réchauffement climatique". Le président de la République est "prêt à recourir à un référendum" pour cette réforme constitutionnelle, qu'il veut voir aboutir avant la fin 2021.

"Sur l’ensemble de vos propositions, vous avez souhaité qu’elles passent par le Parlement. C’est ce que nous allons faire, mais si les choses ne devaient pas avancer assez vite, je souhaite laisser ouverte la possibilité de procéder à un référendum avec plusieurs questions, sur la base de l'article 11".

Emmanuel Macron lors de son allocution de lundi a indiqué qu'il était prêt à reporter le débat sur les 110 km/h : 

"Il faut reporter le débat sur les 110 km/h" sur autoroute. "La transition écologique ne doit pas se faire au détriment des communes, des régions les plus enclavées". 

Le président de la République ne souhaite pas que les travaux de la convention "s'abîment dans une polémique".

"Vous avez décidé de placer l’écologie au cœur du modèle économique". Mais "vous ne proposez pas de ne plus produire. Et je crois comme vous que ce ne serait pas une réponse au défi qui est le nôtre. Le choix de décroissance n'est pas une réponse au défi climatique." 

Le chef de l'Etat souligne qu'il est toutefois en "désaccord" avec une "taxe de 4% sur les dividendes", car il craint que cela ne "décourage l'investissement". C'est l'une des trois propositions qui ne seront pas retenues.

Le président a annoncé qu'il souhaitait que "se créent d'autres conventions sur d'autres sujets". 

Le chef de l'Etat a également annoncé que le Conseil économique, social et environnemental allait devenir la "Chambre des conventions citoyennes".  

Emmanuel Macron a tenu aussi à remercier les participants de la Convention citoyenne pour le climat : 

"Vous avez pris sur votre temps familial, amical, y compris dans des conditions sanitaires exceptionnelles. Le sérieux avec lequel vous avez œuvré doit pleinement vous permettre de valoriser cette expérience dans votre vie professionnelle. Vous avez tous pesé le fait qu’on ne peut pas répondre à l’urgence climatique en opposant, en divisant, en culpabilisant. On ne peut y arriver qu’en cherchant un consensus. L'urgence est là, plus prégnante encore qu’au moment où vous avez lancé vos travaux. Le temps est venu d'agir".

Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !