Travail dominical : le débat parlementaire aura bien lieu | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Travail dominical : le débat parlementaire aura bien lieu
Travail dominical : le débat parlementaire aura bien lieu
©Reuters

Ils veulent donner leur avis

Travail dominical : le débat parlementaire aura bien lieu

Les Echos assurent, ce jeudi, que l’exécutif ne recourra pas aux ordonnances concernant l’adoption de la réforme du travail le dimanche.

La réforme du travail dominical passera entre les mains des députés et des sénateurs, assure ce jeudi 4 septembre le quotidien économique Les Echos. Il faut dire que l’annonce par Matignon, le jour de l’ouverture de l’université d’été du PS, d’un recours partiel du gouvernement aux ordonnances pour le projet de loi sur la croissance, qui comporte le volet du travail dominical, avait fait hurler la gauche, encore, encore divisée après l'offensive des "frondeurs".

Claude Bartolone, le président de l’Assemblée nationale, avait bondi, peu après l’annonce : "Valls ne m’en a pas parlé, donc pour moi cela n’existe pas !" Le Premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, plus tempéré, avait expliqué dans la foulée qu’il n’y était "pas favorable".

Les ordonnances permettent de shunter l’examen d’un texte par le Parlement, après avoir obtenu de celui-ci son accord sur une orientation générale. Une pratique qui permet d’aller plus vite mais que les parlementaires n’apprécient guère.

Face au tollé, l’exécutif aurait décidé de faire machine arrière, selon le quotidien économique, qui assure que "les ordonnances qui autorisent l’exécutif à prendre seul des mesures à caractère législatif [...] ne s’appliqueront pas à la réforme de la loi sur le travail du dimanche."

Dans les couloirs de l’Elysée, comme le rapporte Les Echos, l’explication à ce revirement serait la suivante : "Emmanuel Macron [le nouveau ministre de l’Economie, qui a récupéré le projet de loi sur la croissance] a aussi conscience qu’il a une légitimité à asseoir auprès des parlementaires".

Lu sur lesechos.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !