Trafic d'influence : la justice se prononcera le 7 mai sur la validité des écoutes des conversations de Nicolas Sarkozy<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Trafic d'influence : la justice se prononcera le 7 mai sur la validité des écoutes des conversations de Nicolas Sarkozy
©

Crucial

En cas d'invalidation de ces écoutes, ordonnées dans l'enquête sur les accusations de financement par la Libye de la campagne présidentielle 2007 de l'ancien président, tout le dossier s'effondrerait.

Journée judiciaire importante ce mercredi pour Nicolas Sarkozy. La justice va en effet examiner la validité des écoutes de ses conversations avec son avocat. Et ce, à la demande de Nicolas Sarkozy, de son avocat Me Thierry Herzog et d'un avocat général près de la Cour de cassation Gilbert Azibert. La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris a mis sa décision en délibéré. Elle rendra sa décision le 7 mai.

En cas d'invalidation de ces écoutes, ordonnées dans l'enquête sur les accusations de financement par la Libye de la campagne présidentielle 2007 de l'ancien président, tout le dossier s'effondrera. Dans cette affaire, Nicolas Sarkozy et Me Herzog sont soupçonnés d'avoir tenté d'obtenir indûment auprès de Gilbert Azibert, des informations sur une décision attendue dans l'affaire Bettencourt, informations couvertes par le secret.

Les juges d'instruction Claire Thépaut et Patricia Simon avaient mis en examen Nicolas Sarkozy pour "corruption active", "trafic d'influence actif" et "recel de violation du secret professionnel". Elles s'interrogeaient également sur les conditions dans lesquelles l'ex-président a été informé de son placement sur écoutes. Placé en garde à vue, l'ex-président avait contesté cette décision y voyant une "volonté de l'humilier publiquement".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !