Tous les djihadistes mènent-ils à Aprilia ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Tous les djihadistes mènent-ils à Aprilia ?
©

Point de convergence

Tous les djihadistes mènent-ils à Aprilia ?

La petite ville italienne au sud de Rome serait un point de passage stratégique pour les proches des terroristes. À commencer par ceux de Marseille et de Berlin.

Ahmed Hamachi, le Tunisien qui a assassiné deux femmes devant la gare Saint-Charles de Marseille dimanche aurait passé de nombreuses années dans une petite cité à quelques kilomètres au sud de l'agglomération romaine entre 2010 et 2015. Il était même marié à une italienne. Arrêté plusieurs fois pour une affaire de drogue et une autre de vol, il n'était alors pas religieux. Il a été expulsé des listes communales et a disparu dans la nature avant de ressurgir à Marseille.

Mais la tranquille bourgade du Latium fut aussi le lieu de passage d'un autre Tunisien, Anis Amri, connu pour avoir tué douze personnes avec sa voiture bélier sur un marché de Noël à Berlin en décembre 2016. Et ce n'est pas tout. Khaled Babouri, l'assaillant à la machette des policières de Charleroi est aussi passé par cette ville. D'autres suspects se seraient aussi arrêtés dans cette ville, le tout tournant souvent autour d'un logeur nommé Yacoubi Montasar aujourd'hui détenu pour d'autres raisons. 

Même si les cas sont différents, il est certain que cette ville est au cœur des recherches concernant les organisations potentielles qui aident les terroristes à passer à l'acte ou agissent dans le processus de radicalisation.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !