Tous en jupe au lycée : une idée validée par l'académie de Nantes fait polémique, "une initiative potache" selon Hamon | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Tous en jupe au lycée : une idée validée par l'académie de Nantes fait polémique, "une initiative potache" selon Hamon
©

Surprise

Tous en jupe au lycée : une idée validée par l'académie de Nantes fait polémique, "une initiative potache" selon Hamon

L'académie a invité, suite à une idée de lycéens, les lycéens filles et garçons à venir en jupe ce vendredi 16 mai afin de lutter contre les discriminations.

C'est une idée qui n'a pas fini de faire parler. L'académie a invité, suite à une idée de lycéens, les lycéens filles et garçons à venir en jupe ce vendredi 16 mai afin de lutter contre les discriminations, et ce dans 27 lycées. Aussitôt, des voix se sont fait entendre pour critiquer ce projet visant à lutter contre les discrimations. L'académie a "ouvert le parapluie" en rappelant que l'initiative était "100 % lycéenne", l’action ayant été imaginée et proposée par les élus au conseil de vie lycéenne.

"Je n’ai eu aucun retour négatif, à l’inverse, des éléments positifs sont remontés, des élèves racontant que même certains professeurs masculins s’étaient prêté au jeu l’année dernière en venant en jupe" a dit au Figaro Elisabeth Costagliola, responsable de la Fédération des parents d’élèves de l’enseignement (PEEP). Si des initatiatives du même genre ont déjà eu lieu, ce projet fait davantage débat.

"Cela pouvait être rigolo l’année dernière, quand il s’agissait d’un cas isolé. Maintenant, on généralise ces mesures gadgets. Au nom de l’égalité, on fait n’importe quoi. L’action se veut inspirée de la journée de la jupe, mais là c’est l’inverse. Le propos était de permettre aux filles d’assumer leur féminité dans des environnements où c’était parfois difficile. Là, on nie l’identité féminine et masculine. (...) A quelques semaines du bac, ce n’est ni le lieu ni le moment" a confié Olivier Vial, président de l'UNI au Figaro. 

Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement n'a ce mercredi matin pas voulu commenter l'information.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !