Toulouse : une centaine de tombes profanées au cimetière Terre-Cabade | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Toulouse : une centaine de tombes profanées au cimetière Terre-Cabade
©ANDRE DURAND / AFP

Indignation

Toulouse : une centaine de tombes profanées au cimetière Terre-Cabade

Selon des informations de France 3 Régions et de La Dépêche du Midi, une centaine de tombes ont été profanées au cimetière Terre-Cabade à Toulouse. Les faits se sont déroulés dans la nuit de samedi à dimanche. La police a ouvert une enquête. Le cimetière a été fermé au public.

Une centaine de tombes ont été profanées à Toulouse, au cœur du cimetière Terre-Cabade. D’après des informations de La Dépêche du Midi, les dégradations concernent des tombes, des crucifix, des plaques, des vases et des fleurs. La police judiciaire a tenté de prélever ce dimanche d'éventuelles empreintes et traces ADN laissées par les auteurs.

Jean-Luc Moudenc, le maire de Toulouse, a exprimé sa colère et son indignation sur Twitter devant un tel acte : 

"Quelle honte ! Il est inadmissible de profaner ainsi un lieu de recueillement. […] C'est quelque chose qu'on n'a jamais vu ici avec des dégradations de très, très grande ampleur".

Aucune trace, ni symbole n'ont été relevés sur place.

Des caméras de vidéoprotection sont installées aux abords du cimetière. Il n'y en a pas à l'intérieur. La mairie de Toulouse va porter plainte contre X.

La liste des tombes victimes des dégradations sera mise en ligne dans la journée du mardi 11 juin sur les sites de la mairie de Toulouse et de Toulouse métropole.

Le cimetière Terre-Cabade avait déjà été vandalisé en août 2007. Une vingtaine de croix avaient été renversées à l’époque. 

Selon des informations de La Dépêche du Midi, le cimetière en question s'étend sur 33 hectares à l'Est de Toulouse et comprend 300.000 tombes. Surnommé "le petit Père Lachaise", il a été ouvert en 1844.

La Dépêche du Midi

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !