Thomas Thévenoud s'excuse : "Aujourd’hui, je paie le prix de tout ça avec ma famille" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Thomas Thévenoud est revenu sur l'affaire devant ses administrés la semaine passée
Thomas Thévenoud est revenu sur l'affaire devant ses administrés la semaine passée
©Reuters

Quelques mots

Thomas Thévenoud s'excuse : "Aujourd’hui, je paie le prix de tout ça avec ma famille"

L'ancien secrétaire d'Etat a dit quelques mots jeudi dernier à Mazille dans sa circonscription de Saône-et-Loire.

Thomas Thévenoud est toujours député mais ses apparitions et ses prises de parole sont assez rares même dans sa circonscription de Saône-et-Loire. Mais selon le Bien Public, l'ancien secrétaire d'Etat a dit quelques mots jeudi dernier à Mazille devant ses administrés. Il est bien évidemment revenu sur le scandale qui l'a concerné.

"J’ai commis des erreurs inexcusables. Je comprends bien le choc qu’elles ont engendré" a-t-il dit ajoutant s'être "laissé déborder par son engagement public". "Mais je n’ai pas menti, ni trompé l’administration fiscale" a-t-il encore lâché. Puis il a indiqué souffrir de cette situation. "Aujourd’hui, je paie le prix de tout ça avec ma famille. On est en pleine irrationalité, et quel immense gâchis" a encore déclaré l'élu.
Puis, Thomas Thévenoud a expliqué que cette affaire l'avait quelque peu changé. "Je vois les choses autrement. C’est pour cela que je suis, par exemple, passé par le Carmel [NDLR : le Carmel de la Paix, à Mazille, est un monastère] avant de venir vous rencontrer" a-t-il terminé.
Thomas Thévenoud a été accusé de n'avoir pas réglé ses impôts et son loyer durant plusieurs années. Il avait plaidé la "phobie administrative". Le PS l'avait ensuit exclu du groupe à l'Assemblée nationale.

Lu sur Le Bien Public

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !