Thaïlande : un jeune français tué par une méduse | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
L'identité de l'enfant n'a pas encore été révélée
L'identité de l'enfant n'a pas encore été révélée
©

Accident

Thaïlande : un jeune français tué par une méduse

Depuis plusieurs jours, les touristes de l'île thaïlandaise de Koh Phangan ont été appelés à faire preuve d'une grande prudence pendant leur baignade, après qu'un jeune enfant de cinq ans a été tué par une méduse particulièrement dangereuse.

Le jeune français âgé de cinq ans est décédé pendant le week-end du 23 août après avoir été piqué par une "méduse-boîte", un des animaux les plus venimeux du monde. Sur place, le lieutenant Saengroj Somrotrat de la police thaïlandaise a déclaré que le jeune garçon (dont l'identité n'a pas encore été révélée) était entré en contact avec les tentacules particulièrement toxiques d'une méduse-boîte, samedi, sur la plage de Khuad.

L'enfant a succombé à la piqure de l'animal alors que ses parents, aidés d'un guide, étaient en train de l'acheminer vers l'hôpital de l'île. Quand la méduse-boîte atteint l'âge adulte, ses tentacules peuvent mesurer jusqu'à plusieurs mètres de long. L'animal est par ailleurs très répandu sur de nombreuses plages thaïlandaises très appréciées des baigneurs. 

"Des examens préliminaires ont montré que le garçon était bien mort de la piqûre d'une méduse-boîte" a confirmé le lieutenant Saengroj Somrotrat à l'AFP, avant de préciser que ces méduses se trouvent généralement à proximité des plages jusqu'au mois d'octobre. "Nous avons demandé aux hôtels d'avertir leur clients de ce danger et de mettre à leur disposition des kits d'urgence au cas où de nouvelles personnes entreraient en contact avec ces méduses" a-t-il conclu.

lu sur le Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !