Test d'une bombe H par la Corée du Nord : les experts doutent | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Test d'une bombe H par la Corée du Nord : les experts doutent
©

Pas certain

Test d'une bombe H par la Corée du Nord : les experts doutent

Les experts s'étaient déjà montré dubitatifs le mois dernier quand Kim Jong-Un avait laissé entendre que son pays avait mis au point la bombe à hydrogène.

Faut-il croire Kim Jong-Un ? La Corée du Nord a-t-elle procédé à un premier essai de bombe H ? Les spécialistes du nucléaire en doutent. Ce mercredi, ils ont accueilli l'information avec le plus grand scepticisme. Selon eux, l'activité sismique détectée correspond à l'explosion d'un engin bien moins puissant. Les experts s'étaient déjà montré dubitatifs le mois dernier quand le leader nord-coréen avait laissé entendre que son pays avait mis au point la bombe à hydrogène.

A LIRE AUSSI - La Corée du Nord annonce avoir testé une bombe H avec succès, les dirigeants mondiaux condamnent une violation des résolutions de l'ONU

Les sismologues ont néanmoins enregistré une secousse de magnitude 5,1 à une cinquantaine de kilomètres au nord-ouest de Kilju, soit tout près du site d'essais nucléaires de Punggye-ri. "Les données sismologiques suggèrent que l'explosion a été considérablement moins forte que celle qu'on attendrait d'un essai de bombe H. A première vue, il semblerait qu'ils aient mené un essai nucléaire réussi mais n'ont pas réussi à mener à bien la deuxième étape, celle de l'explosion d'hydrogène" a dit Crispin Rovere spécialiste de la politique nucléaire. 

Selon les experts, Kim Jong-Un est surtout en quête d'un "succès" dont il pourrait se prévaloir en mai, quand le Parti des travailleurs organisera son premier congrès en 35 ans.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !