Terrorisme : 4 Français tués lors de l'attaque en Côte d'Ivoire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Les terroristes ont donné l'assaut sur trois hôtels du bord de mer tuant au moins 14 civils.
Les terroristes ont donné l'assaut sur trois hôtels du bord de mer tuant au moins 14 civils.
©

Le bilan s'alourdit

Terrorisme : 4 Français tués lors de l'attaque en Côte d'Ivoire

Ce nouveau bilan a été annoncé par l'Elysée ce lundi à la suite d'un entretien téléphonique entre François Hollande et le président ivoirien Alassane Ouattara.

Quatre morts. Le bilan s'alourdit pour les ressortissants français après l'attaque menée par Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) contre la station balnéaire de Grand-Bassam, en Côte d'Ivoire. Ce nouveau bilan a été annoncé par l'Elysée ce lundi à la suite d'un entretien téléphonique entre François Hollande et le président ivoirien Alassane Ouattara.

Ce dimanche, la Côte d'Ivoire a été attaquée par un commando armé à Grand-Bassam dans le sud du pays, à 40 km de la capitale économique Abidjan. Arrivés par la plage, les terroristes ont donné l'assaut sur trois hôtels du bord de mer tuant au moins 14 civils. Certains survivants ont témoigné de la détermination des djihadistes : "Il est arrivé près de mon jeune frère qui était en communication, lui a tiré une balle dans la tête et a crié Allah Akbar."

Lu sur France TVInfo

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

Pourquoi, face au terrorisme, plutôt que de renoncer à certaines libertés, la France devrait s’inspirer de la résilience israélienneTerrorisme : trois djihadistes impliqués dans les attentats du 13 novembre figurent sur la liste de l'Etat islamique Côte d'Ivoire : 16 morts dans une attaque revendiquée par Aqmi ; un Français parmi les victimes

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !