Tempête Eleanor : 21 départements toujours placés en vigilance orange | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Tempête Eleanor : 21 départements toujours placés en vigilance orange
©FRANCOIS LO PRESTI / AFP

Prudence requise

Tempête Eleanor : 21 départements toujours placés en vigilance orange

L'accalmie devrait avoir lieu en fin de nuit de mercredi à jeudi.

La prudence est toujours de mise. Alors que la tempête Eleanor -  la quatrième à toucher le pays depuis début décembre, après Ana, Bruno et Carmen -  continue de souffler sur la France, 21 départements sont placés en vigilance orange. Parmi eux, douze sont concernés par des alertes pour des vagues dangereuses : la Charente-Maritime, les Côtes-d'Armor, le Finistère, la Gironde, l'Ille-et-Vilaine, les Landes, la Manche, le Pas-de-Calais, les Pyrénées-Atlantiques, la Seine-Maritime, la Somme et la Vendée.

Par ailleurs, un risque d'inondations et de crues menace le Doubs, l'Eure, la Gironde, le Jura, la Haute-Saône, la Seine-Maritime et le Territoire de Belfort. L'Isère, la Savoie et la Haute-Savoie sont en vigilance orange pluie/inondation. En revanche, Météo France a levé la vigilance orange en Haute-Corse, en Corse-du-Sud, dans les Alpes-Maritimes et dans le Var.  Jeudi matin, 35 000 foyers étaient toujours privés d'électricité, dont 11 000 en Corse. Hier soir, le ministère de l'Intérieur faisait état de quatre personnes "gravement blessées" et 22 "plus légèrement.

Mercredi, un skieur de 21 ans a été tué par la chute d'un sapin sur une piste de la station de Morillon, en Haute-Savoie. Les massifs du Mont-Blanc, du Beaufortin, de la Vanoise, de la Haute Tarentaise, de la Haute Maurienne, de Thabord, de Pelvoux et de Champsor ont été placés en alerte 5, niveau maximal sur l'échelle de risque d'avalanches. La fin de l'événement est prévue vendredi à 6 heures.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !