Tempête de neige à New York : finalement, ce ne fut pas le blizzard du siècle | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Seuls quelques amoureux de la neige sont sortis dans les rues de New York mardi
Seuls quelques amoureux de la neige sont sortis dans les rues de New York mardi
©Reuters

Erreur en votre faveur

Tempête de neige à New York : finalement, ce ne fut pas le blizzard du siècle

Le directeur du service de météorologie nationale américain a regretté mardi soir ne pas avoir suffisamment insisté sur le degré de fiabilité des prévisions.

La tempête de neige du siècle à New York, quelle tempête ? Finalement, le blizzard annoncé depuis des semaines est loin d'avoir semé le chaos dans la ville. D'ailleurs, mardi soir, Louis Uccelini, le directeur du service de météorologie nationale américain fait ses excuses à la télévision. Il a notamment regretté ne pas avoir suffisamment insisté sur le degré de fiabilité des prévisions. 

"Nous devons mieux énoncer ces incertitudes de manière à ce que les responsables puissent évaluer le risque et décider d'agir ou non" a-t-il indiqué. Le responsable a expliqué que ses équipes allaient "examiner très soigneusement ce problème et évaluer le besoin d'une nouvelle approche par rapport à ce type de tempêtes".

Mardi tous les systèmes de transport, les écoles et les autres activités avaient été fermés car il fallait se préparer "au pire". "Grâce à ces décisions et à la discipline des gens, nous avons eu moins de morts liées à la tourmente, moins d'accidents de la circulation et d'embouteillages que lors de précédentes tempêtes hivernales" a justifié Louis Uccelini. Sauf que ses détracteurs lui font remarquer notamment sur les réseaux sociaux qu'il y a eu deux fois moins de neige qu'annoncée (environ 22 centimètres). Le blizzard du siècle a donc fait flop.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !