Tempête : 9 départements de l'Ouest en alerte orange | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Tempête : 9 départements de l'Ouest en alerte orange
©

Attention

Tempête : 9 départements de l'Ouest en alerte orange

Météo France prévoit des rafales de vent pouvant atteindre les 140 km/h sur les côtes.

La vigilance doit être de mise sur les côtes allant de la Manche à l'Atlantique. Neuf départements ont ainsi été placés en alerte orange vagues-submersion par Météo-France, ce mardi. Des rafales de vent allant jusqu'à 140 km/h pourraient intervenir sur les côtes les plus exposées. Les départements concernés par ce bulletin sont la Charente-Maritime, la Gironde, la Loire-Atlantique, les Pyrénées-Atlantiques, la Vendée alors que les Côtes-d'Armor, le Finistère et le Morbihan étaient déjà en alerte.

Météo-France informe qu'il s'agit d'un "fort coup de vent se produisant plusieurs fois par an, mais nécessitant une vigilance particulière". "Dans un contexte de littoral fragilisé, le déferlement de fortes vagues associé à des niveaux marins encore élevés entraîne un phénomène vagues-submersion à nouveau remarquable, qui nécessite une attention toute particulière", a ajouté l'institut météorologique, alors que les grandes marées du week-end ont frappé les côtes.

En Bretagne, Météo-France prévoit des rafales soufflant entre 90 et 110 km/h dans l'intérieur des terres et jusqu'à 130 km/h sur les côtes. Le sud de la région est concerné par le risque de submersion ce mardi soir.

Ce mercredi, les mauvaises conditions s'amplifieront sur le littoral Atlantique et à l'ouest de la Manche. Par ailleurs, la Laïta, un petit fleuve qui est récemment sorti de son lit, est aussi placée en vigilance orange pour des risques de crue et d'inondations.

Lu sur RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !