Téléphonie mobile : un chargeur universel verra le jour d'ici trois ans | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Téléphonie mobile : un chargeur universel verra le jour d'ici trois ans
©

Bonne nouvelle

Téléphonie mobile : un chargeur universel verra le jour d'ici trois ans

En effet, c'est l'engagement pris ce jeudi par l'Union européenne.

La question est à l'étude depuis de longs mois, même des années. Il s'agit d'un véritable cheval de bataille pour l'Union européenne. Ainsi, déjà en septembre dernier, les députés européens avaient voté à l'unanimité en faveur d'une loi imposant un chargeur universel aux fabricants de téléphones et tablettes. Ce jeudi, les mesures vont plus loin. En effet, l'Union européenne s'est engagée à imposer d'ici trois ans ces chargeurs universels. La Commission va désormais devoir s'atteler à définir plus précisément en quoi consistera ce "chargeur universel", et dans quelles conditions exactes il sera imposé.

Concrètement la directive prise par le Parlement européen stipule que parmi les "exigences essentielles" de fonctionnement des équipements radioélectriques autorisés dans l'UE, ceux-ci fonctionnent "avec des chargeurs universels". Par équipement radioélectrique, le texte entend tout appareil qui émet ou reçoit des ondes radioélectriques à des fins de radiocommunication et/ou de radiorepérage. Soit aussi bien les téléphones portables que les GPS ou les tablettes.

"Nous voulions contraindre les fabricants à rendre leurs téléphones compatibles afin que ce chargeur unique simplifie la vie du citoyen, mais aussi réduise les coûts liés à l'achat du téléphone et diminue le volume des déchets", s'est réjoui l'eurodéputé socialiste belge Marc Tarabella. Et d'ajouter : "Fini les tiroirs remplis de 1 001 câbles et chargeurs différents".

Lu sur Libération.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !