Taxation des salaires : la France toujours en tête des pays de l'OCDE | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Taxation des salaires : la France toujours en tête des pays de l'OCDE
©

Championne

Taxation des salaires : la France toujours en tête des pays de l'OCDE

Malgré une baisse limitée de la taxation des salaires en 2016, le taux effectif d'imposition en France est encore supérieur à la moyenne de l'OCDE.

Selon les conclusions du rapport publié mardi 11 avril par l'Organisation de coopération et de développement économiques, la France est toujours championne de la pression fiscale sur les salaires parmi les pays de l'OCDE.

Malgré une baisse limitée de la taxation des salaires en 2016, le taux effectif d'imposition en France, qui reflète le poids des prélèvements sur le revenu disponible des ménages, est encore supérieur à la moyenne de l'OCDE, et ce quelle que soit la composition du foyer fiscal. 

>>>> À lire aussi : Après le FMI, l’OCDE : ces avertissements sur les dangers de l’austérité que refusent étrangement d’entendre la France ou l’Allemagne en pleine alerte sur la croissance mondiale

 

"Il prend en compte les impôts et cotisation sociales, qu'ils soient payés par le salarié ou l'employeur (donc à la fois l'impôt sur le revenu et les taxes sur les salaires), déduction faite des allocations et prestations perçues par les contribuables (…) En France, en 2016, pour un couple marié avec deux enfants et ne disposant que d'un seul salaire moyen, le poids total des prélèvements sur les revenus du travail a représenté 40,0% du coût de la main d'œuvre", précise le quotidien "Les Échos". 

Autre enseignement de ce rapport : la pression fiscale est encore plus forte pour un célibataire sans enfant rémunéré au salaire moyen. Elle a atteint 48,1% en France l'an dernier (-0,34 point par rapport à 2015), soit 12,1 points de plus que la moyenne pour les 35 pays de l'OCDE (36,0%).

Lu sur les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !