Taubira comparée à un singe : le FN va porter plainte après la réponse de la ministre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Le Front national compte engager une "procédure judiciaire" contre Christiane Taubira.
Le Front national compte engager une "procédure judiciaire" contre Christiane Taubira.
©Reuters

Ping pong

Taubira comparée à un singe : le FN va porter plainte après la réponse de la ministre

Samedi, la garde des Sceaux a dénoncé la "pensée mortifère et meurtrière" du parti de Marine Le Pen.

"Le Front national a une pensée mortifère et meurtrière." Et le contenu de cette pensée "c'est les Noirs dans les branches des arbres, les Arabes à la mer, les homosexuels dans la Seine, les Juifs au four et ainsi de suite". C'est ce qu'a déclaré Christiane Taubira, samedi, en marge d'une visite dans la Drôme, selon France Bleu. La ministre de la Justice réagissait aux propos racistes d'Anne-Sophie Leclere. La candidate frontiste à l'élection municipale de Rethel (Ardennes) a comparé la garde des Sceaux à un singe dans l'émission "Envoyé spécial" diffusée jeudi. Elle a été suspendue vendredi par le parti, qui a évoqué une "erreur de casting".

Sans surprise, la réponse de Christiane Taubira a fortement déplu au FN. Dimanche, la formation de Marine Le Pen a annoncé dans un communiqué qu'il "engagera une procédure judiciaire" contre la ministre "pour faire respecter les règles du débat démocratique et républicain". Le parti souligne qu'"on peut s'interroger sur les qualités de Madame Taubira à rester ministre de la Justice de tous les Français au regard de cette transgression inquiétante des règles républicaines".

Le Front national estime que "la violente et outrancière saillie" de Christiane Taubira "n'est qu'un épisode de plus de l'affolement d'un pouvoir qui a perdu la maîtrise des choses et jusqu'au sens commun". Et d'ajouter : "Rien ne justifie l'expression d'une telle haine à l'encontre d'un parti tout entier et de ses millions d'électeurs".

Lu sur le Nouvel Observateur

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !