Tabac : le prix du paquet devrait être de 13 euros pour prendre en compte le coût que représentent les fumeurs | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Le tabac reste un coût considérable
Le tabac reste un coût considérable
©Reuters

Cynisme

Tabac : le prix du paquet devrait être de 13 euros pour prendre en compte le coût que représentent les fumeurs

Deux économistes ont tenté de calculer le "coût social" du tabac en France et préconise une augmentation de 87 % du paquet.

Il fallait oser se lancer dans des décomptes macabres. C'est ce qu'a fait le cabinet Microeconomix qui s'est attelé à calculer les avantages et les inconvénients du tabac, en se basant sur les travaux de l'Observatoire français des drogues et toxicomanies (OFDT).

Dans une étude dévoilée par le Parisien, deux économistes ont fait le décompte de ce que rapportait le tabac, de ce qu'il coûtait mais aussi de ce qu'il faisait économiser à l'Etat. Et la bonne nouvelle, c'est que les fumeurs financent leur addiction ! Selon le rapport, les dépenses de santé liées au tabagisme représentent 16,3 milliards d'euros et les impôts non-encaissées en raison des décès prématurés des fumeurs sont évalués à 3,3 milliards d'euros, soit un coût total de 19,6 milliards d'euros chaque année.

De l'autre côté, les taxes sur le tabac rapportent le coquette somme de 14 milliards d'euros par an et l'Etat économise environ 6,6 milliards d'euros sur les pensions non-versées aux fumeurs décédés prématurément, soit un total de 20,6 milliards d'euros. Ouf, le pays gagne même 1 petit milliard dans cette histoire.

En revanche, les pertes des entreprises (manque de productivité, formation d'un nouveau salarié après le décès d'un fumeur...) atteignent 16 milliards d'euros annuellement, si bien que le cabinet propose d'augmenter le prix du paquet de 87 % pour que les patrons s'y retrouvent. Cela ferait tout de même un paquet à 13,07 euros...

Les auteurs savent que leur étude interpelle. "Aujourd'hui, le prix du paquet est calculé pour ne fâcher ni les fumeurs ni les buralistes, tout en envoyant un signal aux associations antitabac", explique Julien Gooris au Parisien. "Notre principe serait basé sur l'idée du pollueur-payeur."

Lu sur le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !