Syrie : les observateurs suspendent leur mission | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Syrie : les observateurs suspendent leur mission
©

Escalade

Syrie : les observateurs suspendent leur mission

La "recrudescence des violences" a poussé la Ligue arabe à suspendre sa mission.

Ce samedi, la Ligue arabe a annoncé qu'elle suspendait sa mission d'observation en Syrie en raison de la "recrudescence des violences".

"La décision de suspendre la mission de la Ligue arabe en Syrie a été prise en raison de la recrudescence des violences. Une annonce officielle sera faite ultérieurement" a déclaré un responsable de l'organisation panarabe.

Par ailleurs, le Conseil national syrien (CNS) va demander au Conseil de sécurité de l'ONU une protection contre la répression menée par le régime du président Bachar al-Assad.

Depuis mardi, les violences dans le pays ont fait au moins 193 morts, en majorité des civils.

Les 165 observateurs avaient été déployés le 26 décembre dernier avec l'accord de Damas.

Par ailleurs, la Russie a rejeté un nouveau projet de résolution sur la Syrie, présenté par les Européens et les pays arabes. Le pays estimait que le texte franchissait des "lignes rouges".

"J'ai dit clairement que la Russie ne considérait pas ce projet de texte comme une base d'accord", a prévenu l'ambassadeur russe Vitali Tchourkine. "Cela ne veut pas dire que nous refusons de discuter. Nous avons indiqué quelles étaient nos lignes rouges», a-t-il expliqué en citant l'opposition de Moscou à «toute indication de sanctions (..) et à l'imposition d'un quelconque embargo sur les armes" à destination de la Syrie. Il a aussi affirmé qu'il n'était pas question pour la Russie de "préjuger du résultat d'un dialogue politique en Syrie" en réclamant au préalable le départ du président Assad.

Lu sur l'AFP

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !