Syrie : des raids aériens russes ciblent l'EI dans la province de Deraa | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
La province de Deraa est toujours le théâtre de combat entre les forces pro-Bachar et les djihadistes de l'lEI.
La province de Deraa est toujours le théâtre de combat entre les forces pro-Bachar et les djihadistes de l'lEI.
©STR / AFP

Affrontements

Syrie : des raids aériens russes ciblent l'EI dans la province de Deraa

Aujourd'hui, une poche de résistance appartenant à l'EI dans la province de Deraa, en Syrie, a été la cible de raids aériens russes.

Très tôt ce matin, des raids aériens russes et des combats violents au sol ont secoué une des dernières poches tenues par l'Etat islamique dans la province de Deraa, au sud de la Syrie. L'observatoire syrien des droits de l'homme a indiqué que les frappes visaient la ville de Saham Jolan et parle également de tirs d'obus et de tirs d'artillerie au sol. Suite à l'offensive du régime de Bachar el-Assad et de son allié russe, les dijhadistes de l'Armée de Khaled ben al-Walid -groupe rattaché à l'EI- se sont attaqués à la ville voisine de Heet, commettant -entre autre- un attentat à la voiture piégée. 

Le nombre de victimes demeure, pour l'instant, inconnu. Ces affrontements ont eu lieu à moins de dix kilomètres du plateau du Golan -annexé par Israël- et à moins de quatre kimolètres de la frontière jordanienne. Anticipant une offensive du régime, ces derniers jours des milliers de personnes ont quitté la poche de la province de Deraa contrôlée par Daech afin de rejoindre le plateau Golan.

Vendredi un accord conclu entre le régime d'el-Assad, son allié russe et les rebelles avaient mis fin à trois semaines d'offensives des troupes pro-Bachar dans la province de Deraa. Cet accord stipule que les rebelles acceptent de passer sous contrôle gouvernemental et cèdent, à Damas, les zones qu'ils contrôlaient jusqu'alors. Néanmoins, les groupes liés à l'EI n'étant pas concerné par l'accord, quelques zones sont encore la cible d'attaques. 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !