Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Vladimir Poutine affirme que la Russie est en contact avec des mouvances de l'opposition en Syrie "qui veulent combattre contre l'EI et qui le font".
©Reuters

Poudrière

Syrie : Poutine assure que les bombardements russes "soutiennent" l'opposition à l'Etat islamique

Le président russe a par ailleurs déclaré que son pays soutenait le projet américain de résolution au Conseil de sécurité de l'ONU qui vise à atteindre les ressources financières de l'État islamique.

Lors de sa conférence de presse annuelle, Vladimir Poutine a déclaré ce jeudi que les frappes aériennes menées par la Russie en Syrie "soutenaient" l'opposition anti-Etat-islamique, mais aussi opérations des forces gouvernementales. "Nous soutenons avec des frappes leurs efforts dans la lutte contre l'EI tout comme nous soutenons ceux de l'armée syrienne (…) C'était l'idée de François Hollande de tenter d'unir les efforts de l'armée syrienne et d'au moins une partie de l'opposition armée dans la lutte contre l'EI. Nous y sommes en partie parvenus", a déclaré le président russe, qui assure que son pays est en contact avec des mouvances de l'opposition en Syrie "qui veulent combattre contre l'EI et qui le font".

Vladimir Poutine a par ailleurs déclaré que la Russie soutenait le projet américain de résolution au Conseil de sécurité de l'ONU qui vise à atteindre les ressources financières de l'État islamique. Le texte, qui doit être adopté jeudi soir, a été mis au point conjointement par Washington et Moscou. "C'est précisément avec ce projet de résolution que le secrétaire d'État américain (John Kerry) est venu" à Moscou mardi, a précisé Vladimir Poutine.

Selon le ministre des Finances Michel Sapin, ce texte repose sur une résolution antérieure concernant Al-Qaïda. "Il sera étendu explicitement à Daech (et) permettra tout particulièrement de viser le gel des avoirs qui seraient d’une manière ou d’une autre tirés du trafic du pétrole", a expliqué Michel Sapin mercredi.

 
Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !