Syrie : les Etats-Unis envisagent une action ciblée, sans troupes au sol | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Syrie : les Etats-Unis envisagent une action ciblée, sans troupes au sol
©

Ça se précise

Syrie : les Etats-Unis envisagent une action ciblée, sans troupes au sol

Barack Obama n'a pas encore pris de décision finale et condamne l'impuissance de l'ONU. Le rapport américain sur l'attaque chimique vient d'être diffusé.

John Kerry, s'est exprimé ce vendredi 30 août au sortir d'une réunion entre Barack Obama et son équipe de sécurité nationale. Selon le secrétaire d'Etat américain, l'intervention militaire en Syrie envisagée par son pays "aura une durée déterminée". Les Américains veulent à tout prix éviter de reproduire ce qui s'était passé en Irak en 2003 mais considèrent une intervention comme indispensable. Celle-ci serait "ciblée" et se ferait "sans troupe au sol".

Alors que le travail sur place des experts de l'ONU est terminé, l'administration de Barack Obama est convaincue que Damas a le plus large programme d'armes chimiques du Moyen-Orient. Selon elle, le régime avait préparé le terrain à cette attaque chimique du 21 août - "un crime contre l'humanité", selon Kerry -, dans laquelle 1429 personnes, dont 426 enfants, sont mortes. "Les attaques à la roquette du 21 août ne provenaient que des sites du gouvernement", a déclaré John Kerry, qualifiant au passage Bachar al-Assad de "voyou" et de "meurtrier".

Selon lui, les autres pays "attendent de voir si Damas peut s'en sortir après avoir utilisé des armes chimiques" et les experts de l'ONU ne diront pas plus que ce que Washington sait déjà. Les Etats-Unis sont d'ailleurs soutenus par la France, François Hollande et Barack Obama partageant "la même certitude sur la nature chimique de l'attaque et la responsabilité indubitable du régime de Bachar el-Assad".

Outre la France, la Ligue arabe et l'Australie pourraient s'allier aux Etats-Unis en cas d'intervention armée. Mais Barack Obama a affirmé ne pas avoir pris de "décision finale" pour le moment. Le président américain fustige toutefois l'"impuissance du Conseil de sécurité de l'ONU", regrettant que "beaucoup de gens veuillent intervenir en Syrie mais que personne n'ose le faire". Malgré le refus du Parlement britannique de participer à une intervention armée, David Cameron a tenu à préciser que la coopération anglo-américaine sur les dossiers internationaux se poursuivrait.

Le rapport américain concernant l'attaque chimique du 21 août a par ailleurs été diffusé en fin de journée. Il est disponible ici.

L'attaque du 21 août selon le rapport des experts américains.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !