Syrie : le trafic pétrolier de l'Etat islamique s'est "largement réduit", assure Hollande | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
François Hollande a évoqué des "coups sérieux" portés à l'Etat islamique.
François Hollande a évoqué des "coups sérieux" portés à l'Etat islamique.
©Reuters

Ressources

Syrie : le trafic pétrolier de l'Etat islamique s'est "largement réduit", assure Hollande

"Nous avons maintenant la certitude que le trafic pétrolier dont Daech pouvait à un moment être bénéficiaire s'est largement réduit", a déclaré le président de la République ce vendredi à Bruxelles.

Au terme de la réunion du Conseil européen à Bruxelles ce vendredi, le chef de l'Etat a affirmé que l'ampleur du vaste trafic de pétrole organisé à partir de la Syrie par les djihadistes de l'Etat islamique avait été "largement réduite", précisant que les opérations menées en Syrie ont ciblé "essentiellement les centres d'entraînement et les sites logistiques" surtout pétroliers. 

"Nous avons maintenant la certitude que le trafic pétrolier dont Daech pouvait à un moment être bénéficiaire s'est largement réduit (…) Nous asséchons les ressources financières de ce groupe terroriste par les frappes", a déclaré François Hollande lors d'une conférence de presse, avant de saluer l'intensification des opérations militaires dans la région, conformément à ce qu'il avait "demandé au lendemain des attentats du 13 novembre". 

"En Irak, à travers des opérations au sol appuyées par des frappes aériennes dont la France a été pour une large part responsable, il y a eu des reconquêtes de territoires", et des "coups sérieux" portés à l'Etat islamique, a-t-il ajouté. Soulignant qu'il avait appelé à la solidarité des Etats membres de l'UE au lendemain des attentats du 13 novembre à Paris, François Hollande s'est félicité que "les pays européens aient répondu" à son appel, notamment le Royaume-Uni, l'Allemagne, la Suède, Belgique, les Pays-Bas ou l'Italie. Selon le président de la République, l'impératif est désormais de s'assurer "que les trafics que Daech peut organiser, trafics de pétrole et d'œuvres d'art, puissent être annihilés". 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !