Syrie : la France attendra le vote américain et le rapport de l’ONU | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Syrie : la France attendra le vote américain et le rapport de l’ONU
©

Ça temporise

Syrie : la France attendra le vote américain et le rapport de l’ONU

François Hollande l'a annoncé à l'issue du G20 : la France attendra le résultat du vote au Congrès américain et les conclusions du rapport des inspecteurs de l'ONU avant toute intervention en Syrie.

François Hollande a annoncé vendredi à l’issue du G20 de Saint-Pétersbourg que la France attendra le vote du Congrès américain et le rapport des inspecteurs de l’ONU sur les attaques chimiques perpétrées en Syrie le 21 août avant de décider d’une intervention militaire en Syrie. "Est-ce qu’on va attendre le rapport des inspecteurs ? Oui, nous allons attendre le rapport des inspecteurs comme nous allons attendre le vote du Congrès", a déclaré le président français au cours d’une conférence de presse. 

Réclamé par son homologue américain, un vote doit avoir lieu lundi 9 septembre au Congrès (réunion de la Chambre des représentants et du Sénat) sur l’engagement ou non des Etats-Unis en Syrie. Un certain nombre de pays dont la Chine et la Russie s’opposent toujours à toute intervention.

"Beaucoup de gens disent : 'il faut attendre le rapport des inspecteurs', mais il y a un risque d’être déçus", a de son côté estimé Laurent Fabius à Vilnius, où se réunissent jusqu’à demain les ministres des Affaires étrangères des 28 pays de l’UE. "Les inspecteurs vont répondre à cette question dont tout le monde connait la réponse", a déclaré le ministre français des Affaires étrangères, mais "ils ne sont pas chargés d’enquêter" sur "l’autre question, qui est déterminante, et sur laquelle nous avons des preuves : mais qui a commis ce massacre chimique ?". 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !