Syrie : l’Etat islamique perd un de ses derniers points de passage vers la Turquie, mais prend 300 ouvriers en otage | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Syrie : l’Etat islamique perd un de ses derniers points de passage vers la Turquie, mais prend 300 ouvriers en otage
©Reuters

Guerre

Syrie : l’Etat islamique perd un de ses derniers points de passage vers la Turquie, mais prend 300 ouvriers en otage

Dix jours après la perte de Palmyre, le groupe djihadiste aurait perdu le contrôle du nord-est d'Al-Raï, une localité sur la frontière turque.

Un nouveau recul pour l’Etat islamique. Dix jours après la perte de Palmyre, l'organisation terroriste a perdu ce jeudi son "principal" point de passage avec la Turquie. L’information a été diffusée par l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Selon Rami Abdel Rahmane, le directeur de l'OSDH, "des factions rebelles et islamistes ont pris le contrôle du nord-est d'Al-Raï", une localité sur la frontière avec la Turquie dans la province d'Alep, après deux jours de combats contre l'EI.  D'après lui, il s'agit "d'un des derniers" passages de l'EI vers la Turquie.

Il ajoute que "tous les belligérants en Syrie semblent aujourd'hui concentrer leurs opérations contre l'EI, que ce soit les rebelles, le régime ou encore les Kurdes", "une sorte de distribution de rôle supervisée par les Américains et les Russes". En l’espace de 10 jours, l’EI aurait perdu au profit des rebelles au moins 18 villages qu'il tenait depuis deux ans dans cette province d'Alep.

Pourtant, le groupe djihadiste fait toujours régner la terreur en Syrie. Plus de 300 employés d'une cimenterie syrienne située près de Doumeïr, au nord-est de Damas, ont été pris en otages par l'EI, selon la télévision publique syrienne, citant le ministère de l'Industrie. Les personnes kidnappés seraient salariés et sous-traitants du groupe Al Badia Cement, qui a perdu tout contact avec eux.

>>> A LIRE AUSSI : Bombarder l’Etat islamique en Syrie ne suffira pas, il faudra aussi le faire reculer sur un autre territoire où il est solidement implanté : les réseaux sociaux

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !