Syrie : désertion d'un général en charge d'éviter les défections de soldats | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le général Shallal était responsable du département de l"armée syrienne supposé empêcher les défections
Le général Shallal était responsable du département de l"armée syrienne supposé empêcher les défections
©Wassim Nasr

Ironie

Syrie : désertion d'un général en charge d'éviter les défections de soldats

Une désertion embarrassante qui affaiblit un peu plus le régime de Bachar el-Assad.

Cela pourrait être l'une des plus importantes défections du gouvernement syrien depuis le début de la rebellion. Le général Abdul Aziz Jassem al-Shalla, le commandant de la police militaire syrienne, a déserté le régime de Bachar el-Assad, a rapporté la chaîne de télévision Al-Arabiya basée à Dubaï.

Le général Shallal était notamment responsable du département de l"armée syrienne supposé empêcher les défections. Il était également responsable d'une force en charge de la sécurité des prisons ou les dissidents sont détenus.

"Moi, le général de division Abdul Aziz Jassem al-Shallal, chef de la police militaire syrienne, je déclare faire défection à l'armée du régime car elle se détourne de sa mission fondamentale qui est de protéger la nation et se transforme en bandes qui tuent et détruisent", a déclaré le général dans une vidéo diffusée mardi par la chaîne de télévision.

Des figures de l’opposition syrienne ont déclaré que la préparation de la défection du génaral Shallal avait pris des semaines. Les négociations ont commencé après la prise de contact des membres de la tribu du général avec des chefs militaires de l'opposition, selon Louay Mekdad, le porte-parole de l'Armée syrienne libre.

La cavale du général Shallal s'est terminée de manière rocambolesque après 4 heures d'une course en mobylette à travers les bois et les routes boueuses le long de la frontière turque.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !