Syrie : des avions français ont frappé des positions de l'État islamique à Palmyre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Syrie : des avions français ont frappé des positions de l'État islamique à Palmyre
©Reuters

Bombardements

Syrie : des avions français ont frappé des positions de l'État islamique à Palmyre

Huit chasseurs Rafale français sont stationnés en Jordanie et six autres aux Émirats arabes unis pour participer aux opérations de la coalition internationale.

À l'occasion de sa visite auprès des troupes françaises en Irak lundi 2 janvier, François Hollande a évoqué les actions menées dans la région contre le groupe terroriste État islamique. 

Des frappes aériennes réalisées dimanche 1er janvier par des avions de chasse français ont visé des positions du groupe Etat islamique à Palmyre, en Syrie : "Nos avions frappent et encore hier, ils ont frappé contre Daech à Palmyre parce que pour nous le seul adversaire c'est Daech", a déclaré le président de la République lors d'une conférence de presse commune avec le Premier ministre irakien Haider al-Abadi. 

Au total, huit chasseurs Rafale français sont stationnés en Jordanie et six autres aux Émirats arabes unis pour participer aux opérations de la coalition internationale contre l'EI, dirigiée par les États-Unis.

Les djihadistes de l'État islamique ont récemment repris le contrôle de la cité antique de Palmyre aux forces gouvernementales syriennes, qui livraient une bataille contre les rebelles dans la ville d'Alep. François Hollande a souligné que la France souhaitait un "processus de transition politique" en Syrie, et la création d'un "gouvernement qui rassemble toutes les composantes permettant ensuite d'avoir une lutte plus efficace contre le terrorisme".

>>>> À lire aussi : Vers la reprise de Palmyre par les troupes de Bachar El-Assad : une bataille décisive dans la guerre contre l'État islamique

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !