Syrie : Bachar al-Assad promet de "nettoyer le pays" après l'attentat | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Bachar al-Assad a promis, dans un communiqué, qu'il vengerait les morts dûs à l'attentat
Bachar al-Assad a promis, dans un communiqué, qu'il vengerait les morts dûs à l'attentat
©Reuters

M. Propre

Syrie : Bachar al-Assad promet de "nettoyer le pays" après l'attentat

Après l'attentat qui a fait 49 morts à Damas, selon les derniers décomptes, les forces au pouvoir ont accusé les rebelles. L'opposition, elle, "soupçonne le régime".

La Syrie est toujours en proie à un bain de sang abominable. Un kamikaze a actionné jeudi 21 mars sa ceinture d'explosifs dans une mosquée de Damas tuant 49 personnes, selon les derniers décomptes. Dans un message publié dans la nuit de jeudi à vendredi, Bachar al-Assad a condamné cet attentat, ajoutant : "Je jure au peuple syrien que ton sang, celui de ton petits-fils et de tous les martyrs de la patrie n'aura pas coulé gratuitement, car nous serons fidèles à tes idées en anéantissant leur obscurantisme et leur incroyance jusqu'à ce que nous en nettoyons le pays". Le ministère a accusé des "terroristes", terme qui regroupe, selon le régime, les rebelles aidés dans leur combat contre les troupes du régime par des djihadistes ayant revendiqué de nombreux attentats suicide, en particulier à Damas.

L'Iran, principal allié régional du régime syrien, a également condamné cet attentat dans un communiqué, vendredi. "Le martyre du cheikh Mohammad Saïd al-Bouti, connu pour ses positions en faveur de la résistance islamique contre le régime sioniste, fera la pleine lumière sur le complot des Etats-Unis, du régime sioniste et de leurs agents régionaux qui aident et arment les groupes terroristes syriens pour créer des divisions inter-religieuses", souligne le texte.

De son côté, le chef de l'opposition, Ahmed Moaz al-Khatib, a condamné cet acte : "C'est un crime à tout point de vue que nous rejetons complètement", ajoutant "soupçonner le régime".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !